Accueil Politique Futur gouvernement: la guerre des postes est déclarée

Futur gouvernement: la guerre des postes est déclarée

PARTAGER
Qui sera membre du futur gouvernement?©DR.

C’est un rituel. Après la validation des élections législatives et locales par la cour constitutionnelle, une nouvelle équipe gouvernementale doit être installée, après la démission du chef du gouvernement. C’est une lapalissade que de dire que le chef du gouvernement sortant, Emmanuel Issozé Ngondet, se rendra, sous peu, au Maroc, pour y déposer sa démission. Maganga Moussavou avait déjà donné le lieu. Mais, qui fera partie de ce nouveau gouvernement, alors qu’Ali Bongo est en convalescence et en pleine rééducation à Rabat, au Maroc.

Le Chef de l’Etat gabonais, officiellement en convalescence et en rééducation à Rabat, au Maroc, est-il aujourd’hui en pleine possession de ses facultés physiques et intellectuelles pour qu’il valide, en toute âme et conscience, le futur gouvernement issu de la période post-électorale législatives/locales du mois d’octobre dernier ? Bien malin qui pourrait répondre à cette interrogation. Certes, on a vu les premières photos et vidéo sans son, d’Ali Bongo vivant, à Rabat, au Maroc. Mais cela  suffit-il pour confirmer que le président gabonais est à même aujourd’hui capable, sans intrusion, ni tricherie, de signer consciencieusement un décret nommant un nouveau gouvernement, sans qu’une main noire n’intervienne ?

Dans ses récentes sorties, Pierre Claver Maganga Moussavou, ne fait pas mystère quant à l’état de santé actuel d’Ali Bongo, victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC), selon le vice-Président de la République. Présent en chair et en os à Rabat, lorsqu’une délégation gabonaise de haut niveau s’y est récemment rendue. PCMM, qui a vu Ali Bongo en direct, conseille même  de « laisser le chef  de l’Etat, recouvrer, tout le temps qu’il faut, sa santé. Il ne faut pas se précipiter ». C’est dire.

De plus, dans un contexte où, selon nos confrères de la Lettre du Continent, le Roi du Maroc  gère rigoureusement les visites du Président gabonais, beaucoup d’observateurs n’hésitent pas à croire à une possible implication du Roi dans la composition de ce futur gouvernement. Les rapports amicaux et fraternels qui existent entre les deux chefs d’Etat prendront-ils le dessus sur la souveraineté du Gabon ?

Toutefois, la publication de ce gouvernement très attendu, pourrait raviver les divisions internes perceptibles depuis l’hospitalisation d’Ali Bongo à Riyad, en Arabie Saoudite. Ces différents clans se reconnaîtront-ils dans le nouveau gouvernement ? Tous ces jeunes ‘’Ajevéens’’, très proches de l’actuel directeur de cabinet d’Ali Bongo, Brice Laccruche Alihanga, qui se sont jetés dans la bataille électorale, certainement en compensation des strapontins ministériels, ceux qui disent amis et très proches d’Ali Bongo issus de la majorité ou de l’opposition dite responsable, se reconnaîtront-ils dans cette nouvelle équipe gouvernementale ?

En tous les cas, on n’est pas loin d’assister à un premier vrai clash ou à une implosion au sein du camp et du clan Bongo des vainqueurs des dernières législatives.

 

PARTAGER