Accueil Politique Exclusions au PDG: le Sénateur Moudionzé, un cas d’école

Exclusions au PDG: le Sénateur Moudionzé, un cas d’école

PARTAGER
Le sénat du Gabon lors d'une session/DR

Exclu des rangs du PDG, l’ex-sénateur de la Bouenguidi, Félicien Moudionzé a dernièrement été acquitté par la Cour Constitutionnelle et rétabli dans ses droits. Une belle leçon de gestion des hommes au sein d’un parti qui présente aujourd’hui les signes d’usure, doublé d’un management politique jugé cataclysmique.

 Il n’y aura pas d’élection partielle de sénateur dans le siège de la Lolo-Bouenguidi, à Koula-Moutou tenu par le vénérable Félicien Moudiouzé. L’on se souvient encore que ce parlementaire avait été accusé d’indiscipline par la commission de discipline de son ancien parti, le PDG. Du coup, ce dernier perdait tout avantage lié à son mandat de sénateur.  Dès lors, le siège de sénateur du département de la Lolo-Bouenguidi était à pourvoir et attendait la tenue d’une élection partielle de sénateur, en vue de son remplacement. Puis patatras !

Alors que l’opinion avait les yeux rivés sur la Bouneguidi pour la suite des événements, l’on apprend que le sénateur aurait adressé une saisine à la Cour Constitutionnelle, dénonçant les circonstances et les conditions illégales dans lesquelles il aura perdu son mandant de sénateur.  L’examen du recours par la Cour Constitutionnelle donnera finalement raison au plaignant, non sans exiger du Sénat et de la Solde de procéder au paiement intégral d’arriérés des indemnités suspendus automatiquement après la cessation de ses activités au palais Omar Bongo Ondimba. Des recommandations exécutées par Solde et le Sénat et qui auront permis à l’ancien hiérarque du PDG, de rentrer dans ses droits. A l’évidence, les plus hautes instances du PDG se sont fourvoyées dans la décision d’exclusion d’un sénateur. Une situation qui a occasionné une déconvenue entre la Cour Constitutionnelle et le Sénat.

Comme quoi, le parti au pouvoir connait désormais un fonctionnement qui n’a pas fini de surprendre ses propres militants. A Louis, siège du PDG, le clientélisme, le népotisme, le copinage et les règlements de comptes politiques  ont souvent pris le dessus sur la légalité.

Toute chose qui laisse penser aujourd’hui que le PDG serait désormais comme  un bateau ivre.

Serge du Palvier

 

 

PARTAGER