Accueil Politique Estuaire/Ntoum/Élections couplées 2018/2e et 3e arrondissement Des fraudes massives avérées

Estuaire/Ntoum/Élections couplées 2018/2e et 3e arrondissement Des fraudes massives avérées

PARTAGER
Comme partout au Gabon; Ntoum plusieurs cas d’irrégularités ont été dénoncés/DR.

Selon des sources dignes de foi, des fraudes massives auraient été enregistrées dans les 2e et 3e arrondissement de la commune de Ntoum, lors des opérations de vote du 6 octobre dernier, ndlr.

Des irrégularités qui de manière générale, d’après des sources requises sous le sceau de l’anonymat, auraient fortement entaché la sincérité et la transparence du scrutin des élections législatives et locales 2018 que l’ensemble de la population s’attendait voir crédible.

Transport massif des électeurs, rétention des cartes d’électeurs, trafic d’influence, achat de conscience, organisation des opérations électorales par des candidats PDG dans les centres de vote, présence quasiment permanente de certains candidats PDG dans les centres de vote, bourrage d’urnes… Tels sont, entre autres, les griefs récusés aux responsables et candidats PDG des 2e et 3e arrondissement de la commune Ntoum à l’occasion de ces élections couplées 2018.

Pour capitaliser et maximiser leurs chances de réussite aux scrutins, dans la mesure où il fallait absolument museler le plus irréductible des candidats, Aloise Bekale Ntoutoume, celui qui passe désormais pour le dinosaure de Bikele, Paul Biyoghe Mba, n’avait pas trouver mieux que de loger la commission locale électorale dans l’une de ses multiples concessions de son domaine. Une disposition pourtant contraire à la Loi électorale. Encore que la composition de cette commission n’aurait pas refléter à tout point de vu l’impartialité que ce devait ce démembrement du CGE (Centre gabonais des élections).

Aujourd’hui, dans l’attente du contentieux électoral, les prétendus déclarés élus du 1er tour des élections, Paul Biyoghe Mba et Joséphine Andeme Manfoumbi, pour avoir décrédibiliser le vote dans leurs circonscriptions respectives sont désormais aux abois. Dans la mesure où le cours des choses semble jouer en leur défaveur au profit de leur bête noir commune, Aloise Bekale Ntoutoume, considéré à juste titre dans les deux localités de libérateur à même de ravir le leadership politique à l’ancien premier ministre arrivée en bout de cycle.

En effet, le candidat SDG (Sociaux démocrates gabonais) serait devenu pour Paul Biyoghe Mba et sa compagne, l’homme à abattre. Pour la seule et simple raison d’avoir décidé de s’affranchir des manipulations et tripatouillages électoraux afin d’imprimer une véritable onde d’alternance démocratique dans les deux circonscriptions considérées jusque-là de titre foncier par le couple en question.

La rancœur, la haine et la diabolisation à outrance d’Aloise Bekale Ntoutoume par les deux acteurs, résulteraient du fait que pour avoir été longtemps dans l’ombre du ‘bikelois’ en chef, l’homme aurait acquis une totale indépendance comme beaucoup d’autres anciens compagnons qui également ont pris leur distance.

Aloise Bekale Ntoutoume est également celui qui connait le mieux les manigances destructrices de son ancien mentors.

La question que l’on se pose aujourd’hui est de savoir pourquoi Paul Biyoghe Mba s’est-il arrogé un tel score flatteur pour impressionné ses courtisans, alors qu’il y’a deux ans à peine, dans les mêmes circonscriptions électorales, en dépit d’énormes moyens  financiers  et matériels mis à sa disposition, son candidat Ali Bongo Ondimba avait pris une véritable raclée dans le 2e et 3e arrondissement de Ntoum à la présidentielle d’août 2016 face à Jean Ping ?

Seule la lucidité de la Cour constitutionnelle permettra d’édifier l’opinion sur les gesticulations et ce qui fait courir Paul Biyoghe Mba.

PARTAGER