Accueil Politique Estelle Ondo : « je tiens à ma liberté »

Estelle Ondo : « je tiens à ma liberté »

PARTAGER
Estelle Ondo élue du deuxième arrondissement d'Oyem veut garder sa posture de centriste/©DR.

 L’élue du deuxième arrondissement de la commune d’Oyem, dans la province du Woleu Ntem,  dit vouloir prendre en compte rien que les intérêts des populations de sa circonscription politique. Se positionnant  comme candidate du centre aux dernières élections législatives, pour l’heure elle n’envisage pas d’adhérer à un groupe parlementaire.

 Dans un entretien accordé au quotidien l’Union du jour, la candidate indépendante et élue du deuxième arrondissement de la commune d’Oyem Estelle Ondo, a dit ne pas reconnaitre avoir été soutenue par l’Union Nationale comme l’ont laissé entendre certains. Sa victoire à la députation ne vient donc pas de ce parti, « il n’est pas juste de dire que j’ai bénéficié du soutien de l’UN, a indiqué l’actuel membre du gouvernement. Et de préciser : « la hiérarchie de l’UN, à l’occasion d’un communiqué officiel, a donné des consignes claires et strictes interdisant tout  soutien à un candidat indépendant. Néanmoins,  au delà des formations politiques, les relations humaines et familiales demeurent ».

Dès sa déclaration de candidature, l’actuelle ministre de l’industrie et de l’entreprenariat, chargée de la décennie de la femme, avait décidé d’aller libre à cette bataille, arborant ainsi la posture de centriste. Tel semble être toujours son ambition dès son installation au Palais Léon Mba : «Quant à l’éventualité d’intégrer un groupe parlementaire,  tout le monde sait que j’ai fait campagne en me positionnant au centre. Cette posture me permet donc d’être libre et de prendre en compte les intérêts des populations. Je tiens à ma liberté. Je suis avec le peuple et serai avec ceux qui font la promotion du bien être du peuple. Je ne saurai m’inscrire dans une posture dogmatique quelle qu’elle soit ».

Autant dire que convaincre Estelle Ondo pour adhérer à un groupe parlementaire à l’assemblée nationale ne sera pas chose aisée.