Accueil Politique Enrôlement: fin de l’opération et fin de la supercherie

Enrôlement: fin de l’opération et fin de la supercherie

PARTAGER
Opération d’enrôlement/DR.

La demande de rallonger  l’opération d’enrôlement par certains acteurs politiques, notamment de l’opposition, n’a pas été acceptée, puisque comme annoncée, l’opération d’enrôlement a pris fin  hier vendredi 29 juin. La fin de cette opération vient aussi mettre fin à de nombreux achats d’électeurs à se faire enrôler.  

C’est hier que l’opération d’enrôlement a pris fin. Comme annoncée par le ministère de l’intérieur, cette opération de la révision de la liste électorale, a duré 15 jours, précisément du 15 au 29 juin. Un rallongement n’a donc pas été accordé comme sollicité par de nombreux acteurs politiques de l’opposition comme de la majorité.

Avec la fin de cette opération, c’est également la fin de plusieurs achats de conscience d’électeurs orchestrés par les candidats des prochaines échéances électorales, notamment les législatives. En effet, durant ces 15 jours, il a été constaté dans plusieurs centres d’enrôlement des cas d’achats d’électeurs à se faire enrôler. Selon nos informations, certains acteurs politiques auraient sollicité les inscriptions des électeurs dans leurs circonscriptions politiques en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes. Des moyens de transport et autres logistiques ont été mis à contribution. D’où l’engouement  des électeurs  dans plusieurs centres d’enrôlement, notamment à Libreville, où les faits ont été récurrents. Des actes orchestrés par les acteurs politiques de tous bords, de l’opposition comme de la majorité. A l’exemple des mairies du premier arrondissement, du Sixième, du quatrième, du cinquième et du troisième arrondissement de Libreville où des foules immenses ont été enregistrées.

Des cas qui n’avantagent pas les petits candidats, qui eux n’ont pas les moyens de faire enrôler du monde en leur faveur. Pourtant, s’inscrire sur une liste électorale est un droit pour tout citoyen en âge de voter. L’on peut comprendre ces agitations de certains candidats, en raison du fait du boycotte annoncé par certains acteurs politiques de l’opposition proches de Jean Ping.

PARTAGER