Accueil Politique En cas de vacance du pouvoir : Boukoubi préféré à Milebou ?

En cas de vacance du pouvoir : Boukoubi préféré à Milebou ?

PARTAGER
Boukoubi va t-il achever le mandat présidentiel actuel?/©DR.

Très aux faits des informations confidentielles des palais présidentiels, notamment celui du Gabon, la Lettre du Contient a encore sorti le grand jeu cette semaine. En effet, suite à l’absence d’Ali Bongo pour des raisons de santé, la Lettre du Contient fait savoir que l’option d’une vacance du pourvoir du chef de l’Etat gabonais serait déjà envisagée par Marie Madeline Mbourantsuo, la présidente de la Cour Constitutionnelle. Et l’option Boukoubi pour achever l’actuel mandat présidentiel,  serait la plus avancée.

Contrairement au Sénat, dont  la constitution voudrait qu’il dirige une transition en cas d’une  vacance du pouvoir du chef de l’Etat Gabonais, la Lettre du Contient nous apprend que c’est plutôt l’Assemblée nationale, dont la 13è législature vient de faire son entrée qui serait l’option envisageable par la gardienne des lois. A en croire LC, suite à l’absence prolongée d’Ali Bongo pour des raisons de santé et qui suit actuellement sa convalescence au Maroc, Marie Madeleine Mborantsuo, qui est très acculée par l’opposition,  serait prête à travailler sur une modification de la Constitution.

Ainsi, avec l’aide de certains proches du chef de l’Etat, l’article 13 pourrait être modifié par 3M pour permettre à Faustin Boukoubi « d’achever, si nécessaire, l’actuel mandat qui doit arriver à terme en 2023, en lieu et place de celui du Sénat ».

Faut-il le rappeler, Faustin Boukoubi est à la tête de l’assemblée nationale depuis le 11 janvier dernier. Selon la Lettre du Continent,  « il apparait comme le meilleur profil pour remplir cette fonction ». 

Mais pourquoi une telle modification ? Toujours selon LC, pour 3M et certains proches d’Ali Bongo, l’épouse du Pr Mbousou, Lucie Milebou Aubusson, l’actuelle présidente du Sénat, qui, en principe est la mieux placée pour gérer une transition en cas de vacance du pourvoir  serait  « inversement jugée moins accommodante envers le régime », indique la Lettre du Continent.    Aux dernières nouvelles, la cour a démenti cette information.

PARTAGER