Accueil Politique Elections législatives: L’AJEV, grand adversaire du PDG

Elections législatives: L’AJEV, grand adversaire du PDG

PARTAGER
DR.

 

C’est ce qui se dessine à l’horizon, depuis que les responsables de l’Association des Jeunes Emergents Volontaire (AJEV), ont décidé d’occuper le terrain et de multiplier les adhésions au sein de leur structure. Le Parti Démocratique Gabonais (PDG), en manque de moyens financiers est chaque jour dépossédé de sa base.

Ils sont présents dans les différentes provinces du Gabon, offrant parfois emplois, aides sociales, et la possibilité de se lancer dans l’entreprenariat pour les populations de Libreville et de l’arrière pays. Des moyens financiers et des actions qui attirent d’autres jeunes. L’AJEV se présente aujourd’hui comme étant la plate forme à adhérer pour espérer bénéficier des faveurs du pouvoir. Plusieurs jeunes cadres qui ont longtemps milité au PDG, et qui militent au sein de l’AJEV, l’ont compris  après leurs  nominations à des prestigieux postes de responsabilités dans l’administration du pays. Pour prouver certainement au Chef de l’Etat, que l’on fait partie de cette jeunesse dite responsable, il faut désormais être membre de l’AJEV. La promotion de son Président, Brice Laccruche Alihanga , au poste de Directeur de cabinet de l’actuel Chef de l’Etat, de Renaud Allogo, à la direction générale de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), Saïd Abeleko comme Directeur général, de l’Office des ports et rades du Gabon et Noël Mboumba à la direction générale de la Société gabonaise de raffinage et bien d’autres, illustre bien ces faits.

Sauf que ces promotions commencent à créer des relations orageuses au sein du parti Démocratique Gabonais (PDG), dans la mesure où, les mêmes qui se réclament de l’AJEV sont, pour la plupart, membres du parti au pouvoir. Du coup, les jeunes qui militent au sein de ce  parti et qui ne sont pas de l’AJEV ne trouvent plus leur compte. Et l’envie d’adhérer à une structure plus ouverte et qui offre les meilleures opportunités à la jeunesse de progresser dans l’administration, se fait ressentir.

Ali Bongo semble avoir fait le choix entre le parti que lui a légué son prédécesseur de père et la toute jeune AJEV qui ne rate plus un week-end pour occuper le terrain. Entre la création des bureaux principaux, voire départementaux, la machine AJEV devient progressivement le rouleau compresseur qui marche sur les plates bandes du Parti démocratique gabonais. Une AJEV qui, selon nos sources, va placer les candidats indépendants pour les législatives futures. Nos sources indiquent que certains  membres actuels du gouvernement, sans parti politique, feraient des pieds et des mains pour être ‘’investis’’ ou soutenus par la puissante AJEV.

Ali Bongo a certainement compris après les résultats calamiteux de la dernière élection présidentielle, qu’il ne pouvait plus faire confiance à certains hiérarques du PDG qui ne pèsent réellement pas lourds dans leurs fiefs électoraux. Reste à savoir si ces jeunes de l’AJEV pèsent plus lourds que les caciques qu’on n’en veut plus.

 

PARTAGER