Accueil Politique Elections 2018 : Estelle Ondo sans Le Gabon Nouveau

Elections 2018 : Estelle Ondo sans Le Gabon Nouveau

PARTAGER
Estelle Ondo élue du deuxième arrondissement d'Oyem veut garder sa posture de centriste/©DR.

La native d’Oyem compte briguer le deuxième arrondissement de la capitale du septentrion en indépendante. Pourtant, beaucoup la voyaient aller à ces élections pour le compte du parti Le Gabon Nouveau dont Mike Jocktane en est le président.

Après sa naissance, il y a plusieurs mois, le parti Le Gabon Nouveau (LGN) que préside Mike Jocktane, avait annoncé présenter des candidats pour les élections législatives de cette année. Beaucoup d’eau a coulé sous le pont du Woleu et jusque-là, aucune ombre d’un candidat de cette formation politique. D’ailleurs, le parti lui-même n’existe que de nom, puisque inactif sur le terrain.

Estelle Ondo, proche de Mike Jocktane et dont on disait être membre de cette formation politique, va aux élections, mais pas aux couleurs de Le Gabon Nouveau (LGN). C’est en tout cas, ce qu’indique son dépôt de candidature pour le compte des élections législatives et locales. La ministre dit aller à ces échéances sous l’étiquette de la plate forme « J’aime Oyem ». Mieux, l’actuelle ministre de l’industrie et de l’entreprenariat national, chargée de la décennie de la femme, a indiqué à nos confrères de Gabonreview, qu’elle pourra créer sa propre chapelle politique. C’est dire si, celle qui est coutumière du terrain, en a marre de la léthargie du parti dirigé par M. Jocktane. «Aujourd’hui, je me définis comme une centriste, parce que j’estime que pour construire le Gabon, nous avons besoin de toutes les forces de ce pays. Nous avons besoin de ceux du PDG, des acteurs de la société civile et des personnes issues de l’opposition pour former ce parti. Mais compte tenu de la Constitution et des délais fixés par les textes qui réglementent les élections législatives et locales, en l’état actuel des choses, je ne pouvais que partir en indépendant»,  a-t-elle confié à gabonreview.

Une fois à l’assemblée nationale, l’ex vice présidente de l’Union Nationale a indiqué mettre l’accent sur l’«accès à l’eau potable, à l’énergie et à une meilleure santé pour tous, ainsi qu’à la formation et l’emploi des jeunes, particulièrement ceux de l’intérieur du pays, à l’instar des jeunes d’Oyem ».

PARTAGER