Accueil Politique Elections 2018 : Les Démocrates (LD), deuxième force politique à l’Assemblée nationale...

Elections 2018 : Les Démocrates (LD), deuxième force politique à l’Assemblée nationale ?

PARTAGER
Bien que battu dès le premier tour des législatives/ Le parti de Nzouba Ndama LD pourrait être la deuxième force politique au palais Léon Mba/DR.

Avec 3 députés élus au premier tour, et douze ballottages, la formation politique créée par Guy Nzouba Ndama et Séraphin Akuré-Davain est en passe de devenir le deuxième aprti le plus important du Palais Léon-Mba !

Alors que les partis traditionnels (RPG, UPG, CLR) sont à l’agonie, et alors que les formations politiques des leaders ayant pris part au Dialogue politique d’Angondjé (PSD, PDS, DN) en avril-mai 2017 sont laminés dans les urnes, Les Démocrates, eux, ont su tirer leur épingle du jeu, avec une moisson convenable : 3 députés élus dès le premier tour (Fidèle Momomba dans la Douya-Onoye, Martin Moulengui Mabendé dans la Boumi-Louétsi, et Fratély Martial Fouty dans la Basse-Banio) et douze ballottages dont beaucoup sont gagnables, comme celui du 1er siège de Tchibanga où le candidat LD Jean-Pierre Doukaga Kassa  »Tata » avec 49,48% distance de vingt-cinq points la candidate PDG Eliane Boucalt ; dans le département de Mongo où Jonathan Ignoumba (LD) a obtenu 45,64% face aux 32% du candidat PDG.

Ce parti se singularise également dans le canton Lolo-Wagna où son porte-flambeau, Paul-Guy Mbembo Moubondzé, est en tête avec 43,30%, et dans la Doutsila où son candidat Jonas Mabicka Ibiatsi a contraint le député PDG sortant Emmanuel Idoundou à un second tour. Dans d’autres sièges, si d’autres candidats issus de l’opposition soutiennent DL au second tour, il y aurait d’éclatantes victoires pour Les Démocrates. C’est le cas à Mouila où le candidat LD, Jean-Norbert Diramba, attend le soutien de Serge-Maurice Mabiala (de RHM), arrivé troisième…

Soutien mutuel au second tour ?

Les Démocrates deviendraient alors la deuxième force politique du Palais Léon-Mba, le Centre des Libéraux Réformateurs, lui, ne pouvant avoir que trois députés tout au plus. Sur les trois ballottages qu’il doit affronter le 27 octobre prochain, un seul lui est favorable -celui de Julien Assoumou Akué dans le 6ème arrondissement de Libreville (28%) contre 23% au candidat PDG. Frédéric Lébondo (28,13%) au 3ème arrondissement pourrait avoir du mal à faire une remontada face à Germaine Ndjéri Ngalibali du Parti démocratique gabonais (40,60%). Quant à celle qui était favorite sur le deuxième siège du 6ème arrondissement de Libreville, Eliane Frida Mindoungani (CLR, 21,92%), elle est légèrement devancée  -mais devancée quand même-  par l’Indépendant  Daniel Nkoulou Abessolo (23%).

Autre parti qui pourrait avoir trois élus ou plus : le Rassemblement Héritage et Modernité (RHM). En plus de l’ancien ambassadeur Jean-Robert Goulongana qui a fait chuter, dans le département de l’Ogooué et des Lacs, l’éléphant de la circonscription Albert Ndjavé Ndjoye du PDG dès le premier tour, RHM pourrait voir son leader Alexandre Barro Chambrier revêtir à nouveau l’écharpe de député, ainsi que Faustin-Laurent Billie-bi-Essone dans le deuxième siège du 2ème arrondissement de Libreville. A condition, bien entendu, que l’opposition unisse ses forces en vue de ce second tour, en soutenant le candidat le mieux placé de leur camp.

Mais il reste que Les Démocrates (LD) ont visiblement, sous la bannière de Jean-Pierre Doukaga Kassa et de Jonathan Ignoumba dans la Nyanga, bien préparé ces élections du 6 octobre dernier. Ils devraient donc, à n’en point douter, devenir la première force de l’opposition à l’Assemblée nationale, et la deuxième force politique dans l’hémicycle !

PARTAGER