Elan de solidarité Alexandre Barro Chambrier chez les sinistrés du quatrième arrondissement

Elan de solidarité Alexandre Barro Chambrier chez les sinistrés du quatrième arrondissement

82
0
PARTAGER
Barro Chambrier lors de sa visite

C’est en fin de semaine dernière que le président du Rassemblement Héritage et Modernité a rendu visite aux populations de son arrondissement, victimes du déluge qui a eu lieu dans la nuit du 16 au 17 février.

 Il faut dire que lors de cette visite, Alexandre Barro Chambrier n’est pas allé les mains vides. Il avait avec lui, du matériel de construction ; des matelas et des ventilateurs. Des présents, il faut le dire, distribués selon les besoins des sinistrés. Une cinquantaine de familles a été recensée, dans les quartiers Awendjé, et Apostrophes et leurs environs.

Les quelques présents

A Apostrophe, par exemple, plusieurs familles ont tout perdu, à l’exemple d’une jeune maman qui a vu tout le trousseau de son nouveau né parti avec la pluie. A elle, une enveloppe a été remise des mains du président de RHM. «Vous avez vécu cette pluie aux conséquences incalculables ; Je n’étais pas lorsque cela est arrivé. Et même si je ne suis plus votre élu, je suis votre frère, votre fils, votre père pour certains, je ne peux rester insensible à cela. », a déclaré le bienfaiteur. Qui a aussi profité de cette occasion pour tancer le gouvernement. « C’est à l’Etat qu’incombe la faute pour n’avoir pas son travail. Le régime actuel est dans l’incapacité à assainir les bassins versants, de créer le drainage des eaux, l’incapacité de ce régime à tenir ses engagements en matière d’habitat et de logement ». Pourtant, a-t-il dit, des formes sommes d’argent ont été engloutis pour cela.

ABC, comme on l’appelle affectueusement dans le quatrième arrondissement de Libreville, a poursuivi sa visite dans Awandjé, où il a fait le constat des maisons sinistrées, avant de s’entretenir avec la presse, dans le cadre d’une conférence de presse. Occasion pour Alexandre Barro Chambrier de donner son avis sur la situation qui prévaut dans l’éducation nationale ; Il est indispensable qu’un véritable plan d’urgence soit mis en place. Cela ne peut être fait par un pouvoir usurpateur et imposteur qui utilise les moyens dilatoire et la violence à l’égard des jeunes descendus massivement dans la rue à travers tout le pays pour revendiquer leurs droits.

Aussi, le président du Rassemblement Héritage et Modernité a mis fin à une rumeur qui a pris de l’ampleur. Il s’agit de la candidature unique de l’opposition lors de la présidentielle de 2016. Pour certains, ABC aurait été le principal artisan de cette union en faveur de Jean Ping, plutôt que Guy Nzouba  Ndama, dont son parti RHM, avait pourtant adoubé. «Il n’en rien », a-t-il dit.

Boris Biyoghe

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE