Accueil Politique Démocratie Nouvelle : l’hécatombe

Démocratie Nouvelle : l’hécatombe

PARTAGER
DR.

La formation politique de René Ndemezo’Obiang ne sort pas renforcée de ce double scrutin. Démocratie Nouvelle enregistre une série de défaites électorales aussi bien dans l’Estuaire que dans le Woleu Ntem. Ainsi,  pour les législatives, c’est la débandade. Dans les six arrondissements de la capitale, aucune victoire. A Akanda et à Owendo c’est la même chose.

Considéré comme son fief politique, Bitam est conquis par le PDG. Les candidats de Démocratie Nouvelle ne se retrouvent même pas en ballotage. La réalité des urnes est cinglante pour DN. Comment expliquer une telle déroute ?

Cela tient, à ce qu’il semble au discours prôné par DN ; ce discours n’a pas convaincu. Comment dire aux populations qu’on est dans une opposition républicaine et responsable tout en participant à la gestion calamiteuse du pays. Cela, les concitoyens de Bitam, de Medouneu ou du deuxième arrondissement de Libreville  ne l’ont pas compris. Par ailleurs le changement de positionnement politique brusque de René Ndemezo’Obiang, en repartant avec armes et bagages chez Ali Bongo, a fini par dégouter beaucoup de Gabonais.

René Ndemezo’o est passé du statut de stratège à l’image d’un « mercenaire » politique, au service du plus offrant.

Démocratie Nouvelle doit, en toute humilité, tirer les leçons de cet échec électoral. Il est clair que le PDG n’a pas d’alliés et n’aura jamais d’alliés. Seul compte son hégémonie, rien que son hégémonie.

Le revers global de DN va amplifier la crise latente qui se profilait déjà à l’horizon. Certains militants commençaient déjà à dénoncer la gestion clanique de ce parti. Une gestion où les militants bitamois sont les plus favorisés quand il s’agit de distribuer l’argent et les postes dans l’administration.

Les premiers résultats de ces élections ont montré que la notion d’opposition du pouvoir est décriée par les Gabonais. Ceux-ci préférant même voter pour le PDG …

PARTAGER