Accueil Politique Convalescence et rééducation d’Ali Bongo: Le diagnostic de Maganga Moussavou !

Convalescence et rééducation d’Ali Bongo: Le diagnostic de Maganga Moussavou !

PARTAGER
©DR.

Son ‘’habilitation expresse’’ par la Cour constitutionnelle, consécutive à une réécriture de la constitution contestée et contestable, pour que le fils de Moutassou préside enfin un Conseil des ministres, lui donne un certain zèle qui l’a certainement poussé à entreprendre une tournée à Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué !

Officiellement, le Vice-président s’est rendu à Franceville (Haut-Ogooué) et à Guiétsou (Ngounié) pour aller au chevet des sinistrés de ces deux localités inondées, suite à des averses d’il y a quelques jours. Mais, l’occasion était trop belle pour le PCMM pour espérer conquérir les cœurs des Francevillois dans un contexte spécial où Ali Bongo est absent du Gabon pour cause de maladie. Désormais au cœur des secrets du pays, pour avoir vu, et ‘’touché’’ Ali Bongo, lors d’une expédition d’une délégation de haut niveau à Rabat au Maroc où le chef de l’Etat gabonais y a été transféré, officiellement, pour une convalescence et une rééducation, Pierre Claver Maganga Moussavou, tout en rassurant l’assistance à Franceville en présence des autorités locales, en déclarant que le président est bel et bien vivant, n’a pas manqué de faire quelques caricatures : « Un Chef d’Etat ne doit pas être vu sous un mauvais angle », allusion faite aux commentaires qui ont suivi les premières images officielles d’Ali Bongo depuis qu’il est tombé malade. « Quand les gens disent qu’on a filmé le Président sous un angle, on a fait ceci, on fait cela. Mais un Chef d’Etat ne doit pas être vu sous un mauvais angle, parce qu’il symbolise le pouvoir et donc, il doit être bien vu… » Confirmant ainsi les commentaires d’une certaine opinion, qui font état d’une possible paralysie du côté droit, du Chef de l’Etat.

Pour une première fois, un officiel gabonais donne un nom à la maladie dont a été victime Ali Bongo : « ceux qui n’ont jamais connu un AVC, priez Dieu qu’ils en connaissent jamais. Je ne le souhaite à personne, même pas à mon pire ennemi… », a expliqué le VPR, lors de son séjour à Franceville, le 7 décembre dernier.

Et Maganga de contourner tous ceux qui pensent à un retour imminent du Chef de l’Exécutif gabonais au pays. « Mais attention, je dis bien attention. Il ne faut, en pareille circonstance, laisser le Chef de l’Etat recouvrer, tout le temps qu’il faudra, sa santé ; Il ne faut pas se précipiter ». Une habile manière de dire aux Gabonais que le retour d’Ali Bongo au Gabon n’est pas pour demain.

 Une perplexité qui ne fait qu’amplifier les doutes – quant à la capacité du Chef de l’Etat à reprendre normalement ses activités.

Des doutes qui auraient pu être levés, si la proposition d’une commission médicale gabonaise devant se rendre à Rabat auprès du convalescent Ali Bongo, était acceptée. Mais pour l’heure, l’incertitude règne toujours.

 

PARTAGER