Accueil Politique Contentieux – Législatives 2018: Huit annulations, trois grandes batailles en perspective

Contentieux – Législatives 2018: Huit annulations, trois grandes batailles en perspective

PARTAGER
Les jeunes ont développe un langage linguistique dans les quartiers ©DR.

Sur les 42 recours reçus au greffe de la Cour Constitutionnelle, seuls huit auront prospéré pour leurs initiateurs. Les électeurs du siège du département de l’Offoué-Onoye, et ceux du 2ème siège du 6ème arrondissement de Libreville, du 1er arrondissement de Mouila, du deuxième siège du département de l’Okano, du troisième siège du département de la Zadié, du 1er siège de la Noya, du 2ème siège dans la Boumi Louétsi, et du 1er siège du département de l’Ogoulou (Mimongo), vont devoir repartir aux urnes – certainement à la fin du mois de janvier 2019, selon des sources généralement bien informées – après les annulations de scrutin dans ces circonscriptions.

Ces annulations sont dues à de grossières erreurs de la part de certains candidats qui ont parfois pris comme suppléants des personnes n’étant pas inscrites dans le même siège, voire dans la même circonscription, qu’eux. Dans ce cas de figure, si on peut trouver des circonstances atténuantes à un Daniel Nkoulou Abessolo (Indépendant), candidat pour la première fois aux élections législatives, on en aura moins pour un Senturel Ngoma Madoungou (RHM) qui se présentait tout de même pour la quatrième fois à ces élections. Son suppléant et lui étaient inscrits dans des circonscriptions différentes. De même pour Narcisse Olivier Moudendé, suppléant de Jean-Bosco Mbagou, pourtant inscrit dans le 2ème arrondissement de Koulamoutou, qui s’est plutôt présenté comme candidat à Iboundji. Plus grave, dans le département de l’Okano, c’est le candidat titulaire Corvain Ondo Zogo (UN) qui s’est présenté dans un siège où il n’était pas inscrit. La non-inscription sur un siège où on se porte candidat est une cause manifeste de nullité du scrutin.

Pour d’autres sièges invalidés, il s’agit essentiellement de la distribution des cartes d’électeurs par un préfet en l’absence de certains autres candidats. Ce serait le cas, notamment dans le 1er siège du département de la Noya, dans l’Estuaire. Pour le cas de Mouila (1er arrondissement), il s’agit d’un  »cas avéré de corruption, caractérisé par la distribution de fortes sommes d’argent aux électeurs ». Il s’agit, pour les juges constitutionnels, d’une pratique ayant altéré de façon significative le résultat du scrutin. Quant à la Boumi-Louétsi (Mbigou), le scrutin a été annulé pour vote inégal. Sur les 2326 électeurs de cette circonscription, 700 d’entre eux, inscrits au bureau Makongonio 1, n’ont pas pris part au vote, et pour la Cour Constitutionnelle, cela  »a significativement altéré le scrutin ». Le vote étant égal partout et par tous. Pour ce qui concerne la Zadié, après l’annulation du vote dans le bureau de Zoula, suite à la requête de Me Jean-Paul Imbong Fadi, cela entraîne la perte de la majorité des suffrages exprimés en faveur de Maxime Ngozo Issondou (PDG).

Pour les  »vainqueurs », il s’agit de confirmer ; pour les  »battus », il s’agit de prendre leur revanche

Retour aux urnes donc pour les électeurs des sièges querellés lors des élections législatives des 6 et 27 octobre derniers. Retour aux urnes donc pour les vainqueurs initiaux et leurs adversaires. Jean-Bosco Mbagou (Indépendant), vainqueur de Jean-Pierre Boukila (PDG) dans l’Offoué-Onoye, Daniel Nkoulou Abessolo (Indépendant), vainqueur d’Eliane Midoungani (CLR) au second tour le 27 octobre dernier, ainsi que Fidèle Angoué Mba (PDG, 65%), largement vainqueur de Michel Menga (RHM Tendance Menga, crédité de 32%), au premier tour dans la Noya, Martin Moulengui Mabenda (LD), vainqueur dans la Boumi-Louétsi, Jean-Norbert Diramba (LD), vainqueur de Léon Nzouba (PDG) au second tour dans le 1er arrondissement de Mouila, Senturel Ngoma Madoungou (RHM), vainqueur de Stéphane Germain Iloko Boussengui (PDG) dans le 1er siège de l’Ogoulou (Mimongo) dans la Ngounié, Maxime Ngozo Issondou (PDG), vainqueur d’Armand Alex Makuka dans le 3ème siège de la Zadié (Mékambo) dans l’Ogooué-Ivindo, Corvain Ondo Zogo (UN), vainqueur d’Habib Junior Emane Angore (PDG), vont donc repartir aux urnes, vraisemblablement dans six semaines, à la fin du mois de janvier 2019, selon des sources proches du Centre Gabonais des Elections (CGE).

Après ces huit annulations, trois grandes batailles s’annoncent. Les battus d’octobre voudront sans aucun doute prendre leurs revanches et démontrer ainsi qu’ils ne sont pas des  »has been » devenus ou des  »politiquement morts » devenus. A Cocobeach (1er siège du département de la Noya), la bataille sera âpre pour Michel Menga m’Essone face à Fidèle Angoué Mba (PDG). Ce sera le  »combat contre la mort » pour l’actuel ministre d’Etat chargé de l’Habitat qui sait qu’en cas de défaite, il ne retournerait pas au Gouvernement. Mais dans le chef-lieu de la Noya, son principal adversaire, Fidèle Angoué Mba, ancien maire de la commune, ancien SGA du PDG et surtout député sortant de la localité, semble disposer du soutien des notables, des femmes et des jeunes. A la fin du mois de janvier prochain, les urnes parleront, mais en faveur de qui ?

Renfort de la présence des hommes des médias à l’Assemblée nationale

Même si on n’exclut pas le retour aux urnes des candidats éliminés au premier tour, et sans minimiser les autres scrutins, deux autres législatives âpres s’annoncent. Dans la Ngounié, d’abord au 1er arrondissement de Mouila entre Jean-Norbert Diramba (LD) et Léon Nzouba (PDG). Sur le papier, le candidat de Les Démocrates part favori dans cette ville frondeuse de Mouila. Ensuite, dans le département de l’Ogoulou, Senturel Ngoma Madoungou (RHM) repart au combat face à Stéphane Iloko Boussengui (PDG). Ayant été le seul membre du secrétariat exécutif de son parti battu lors des dernières élections législatives, le porte-parole du PDG voudra prendre sa revanche sur son adversaire. Il considère l’annulation du scrutin comme du  »pain béni », et se dit convaincu que ses  »ancêtres » ont entendu son appel. Toutefois, Senturel Ngoma Madoungou semble toujours avoir le vent en poupe dans une localité qu’il a contribué à faire avancer et dans laquelle il organisait, chaque année, le Challenge Madoungou Mbary, un grand événement sportif et culturel. Dans une moindre mesure, on pourrait également parler de la législative partielle, à Nzeng-Ayong, entre l’Indépendant Daniel Nkoulou Abessolo et la CLR Eliane Mindoungani. Revanche de la maire du 6ème arrondissement ou confirmation de l’élection de l’Indépendant ?

En janvier prochain, les huit sièges annulés verront leurs vainqueurs venir rejoindre, au Palais Léon-Mba, les 135 autres députés dont l’élection a été validée. Nous saluons à cet effet l’arrivée des hommes de notre corporation qui ont été élus et validés, notamment les anciens Vincent Mavoungou (PDG) et Guy-François Mounguengui Koumba (PDG), et les  »bleus » Alphonse Hasse Nziengui (PDG), David Ella Mintsa (PDG) et Franck Nguéma (Indépendant), patron de TV+. Nous saluons aussi l’élection d’autres confrères aux locales 2018, tel que Ruffin-Ghislain Etoughet, conseiller départemental du Komo-Océan, et Randy Ekwaghé Obame, conseiller municipal de Ntoum !

 

PARTAGER