Accueil Politique Congrès extraordinaire du Cercle des libéraux réformateurs: Nicole Assélé veut-elle prendre sa...

Congrès extraordinaire du Cercle des libéraux réformateurs: Nicole Assélé veut-elle prendre sa revanche ?

PARTAGER
Nicole Assélé, délégué général du CLR/©DR

Nommée délégué général du Cercle libéraux des réformateurs, lors du premier   congrès extraordinaire de cette formation politique, créée par son père et membre de la majorité présidentielle, le weekend écoulé, Nicole Assélé entre de pleins pieds dans la politique. Dieu seul sait comment elle a fait pour occuper cette prestigieuse fonction, elle qui a toujours été considérée comme une apolitique.

 Depuis le samedi 14 septembre dernier, Jean Boniface Asselé n’est plus le président du Cercle des libéraux réformateurs. Le général à la retraite vient de passer le flambeau à sa fille ainée, le médecin militaire, Nicole Assélé. C’était à l’occasion du premier congrès extraordinaire de cette formation politique qui fêtait également ses 25 ans d’existence. Jusque-là, personne n’imaginait un tel revirement.

Quant à la nouvelle patronne du CLR, beaucoup l’ont toujours considéré comme apolitique. Médecin militaire de formation, puis présidente d’une fédération sportive avant d’atterrir dans le domaine associatif, avec son ONG, ‘’l’Appel des Milles et Une’’. L’opinion a toujours su que ses fonctions au gouvernement et dans les entreprises parapubliques étaient dues à sa parenté directe avec le président de la République. Il faut dire que l’atterrissage de Nicole Assélé à la tête du Cercle des libéraux réformateurs, est certes surprenant, mais pas anodin. En disgrâce avec les nouveaux hommes forts du palais, Nicole Assélé a-t-elle voulu prendre sa revanche, en se positionnant comme patron d’une formation politique ?

Est-il besoin de rappeler qu’elle a été presque chassée de la Caisse nationale de sécurité sociale, suite à une grève de retraités, mécontents des réformes engagées sous sa tutelle. Virée, puis nommée à la société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers, elle n’a duré que le temps d’une passation de charges, avec Michel Mbousou. Son malheur, indiquent certaines sources,  le fait d’avoir fait partie des parents du chef de l’Etat qui avaient organisé un sit-in devant la résidence d’Ali Bongo, à la Sablière, pour le rencontrer. Situation qui n’avait pas du tout plu aux décideurs.

De deux choses l’une, soit, étant à la tête du CLR, Nicole Assélé, entend préparer le terrain pour briguer le mandat présidentiel de 2023, soit, une manière de démontrer à ses amis de la majorité qu’ils ne peuvent plus rien faire sans elle.

Une stratégie qui pourrait la faire revenir aux affaires. Wait and see.

PARTAGER