Accueil Politique Congrès avorté du Front Démocratique et culturel : Quentin Ben Mongaryas :...

Congrès avorté du Front Démocratique et culturel : Quentin Ben Mongaryas : Ange ou Démon ?

PARTAGER
Le président du FDC, Quentin Ben Mongaryas. (c)internet.

Annoncé depuis peu, le congrès extraordinaire du Front Démocratique et culturel de Quentin Ben Mongaryas n’a finalement plus eu lieu, en raison de l’absence du président de cette formation politique, qui a curieusement réapparu des écrans radars quelques jours après.

Pourtant, tout était prêt pour la tenue de cette rencontre politique, le congrès extraordinaire du Front Démocratique et Culturel. L’hôtel avait été pourtant payé et quelques adhérents étaient bien présents. Curieusement, le maitre des cérémonies annonce aux alentours de 11h le report de ce rendez vous, sans qu’une raison valable ne soit donnée.

Mais, sans aucun doute, il y avait dans la salle, pas une ombre du président de cette formation politique, qui n’est autre que Quentin Ben Mongaryas. Selon les indiscrétions, l’homme politique était ce jour-là introuvable, même ses téléphones étaient indisponibles. Puis, dans la même soirée, l’on fait état de la présence de la contre ingérence, communément appelée B2 à son domicile, le jour même de la tenue de ce congrès. Fait curieux, que pouvaient faire les éléments du B2 au domicile de Mongaryas, le jour même de la tenue du congrès de son parti ?

Une question qui peut trouver sa réponse dans un deal qu’aurait également ficelé Quentin Ben Mongaryas avec quelques hommes du pouvoir, toujours pour la vente de son fonds de commerce: le Front Démocratique et culturel. Coût de la transaction, révèlent nos sources, 75millions. Mais sauf que là-bas, les choses ont beaucoup traîné. Entre temps, un autre client, et non des moindres: Jean François Ntoutoume Emane, sur une transaction de 50 millions, avait déjà remis au vendeur de parti politique, et devant huissier de justice, une avance de 15 millions, indiquent nos sources.

C’est certainement pourquoi les dates et lieu étaient trouvés. Et le congrès annoncé depuis des semaines. Question à M. Mongaryas: si réellement Jean François Ntoutoume Emane était un mauvais payeur, comme il l’affirme, pourquoi, comme il le dit, a-t-il accepté au départ les 15millions ? Sur l’échiquier politique national, qui a vu l’ombre du front Démocratique et culturel, au point d’accuser l’absence des délégations des provinces à ce congrès? D’où viendraient-elles ?

C’est autant de questions que pourraient se poser les observateurs.

PARTAGER