Accueil Politique Concertation politique: Nkoghe Bekale sert un discours sur le Covid 19 à...

Concertation politique: Nkoghe Bekale sert un discours sur le Covid 19 à ses hôtes

PARTAGER
Les membres du gouvernement lors de la concertation/©DR

La concertation des partis politiques (majorités/oppositions) convoquée par le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, a bel et bien eu lieu le mercredi 11 mars dernier à Arambo. Ne sachant pas l’ordre du jour, plusieurs patrons politiques ont effectué le déplacement, pour après le regretté.

Pour ceux qui ont effectué le déplacement de l’immeuble Arambo, un discours à la télévision du Premier ministre, sur la propagation et la lutte du Coronavirus aurait largement suffi, au lieu de convoquer une réunion avec les leaders politiques. Ces derniers qui s’attendaient à des retrouvailles concrètes pour sortir le pays de la situation dans laquelle il se trouve, c’est plutôt  un discours sur le Coronavirus que leur a servi le PM. Même si le sujet est d’actualité et concerne la vie des populations.

Julien Nkoghe Bekale a tout simplement demandé aux patrons de partis politiques de sensibiliser les populations sur la pandémie. Surprenant, tout de même, pour un Premier ministre qui a des départements ministériel de la Santé, de la Communication qui peuvent mieux aborder le sujet.

Fallait-il une telle réunion de 30 minutes pour déplacer les patrons des partis politiques. Le coronavirus est-il réellement le premier ordre du jour de cette concertation ? A moins que la copie n’ait été revue et corrigée par le palais, qui n’avait peut-être pas approuvé cette concertation.

Heureusement, pour lui, qu’il a vite fait de monter dans son bolide, afin d’éviter que  patrons politiques présents déversent  leur colère sur lui.

Déjà à la veille de cette rencontre, plusieurs regroupement de formations politiques, notamment la coalition pour la nouvelle a indiqué que cette concertation était sans fondement, elle a donc décliné l’invitation du premier ministre, dont  l’absence de l’ordre du jour mettait en exergue une légèreté dans la démarche, dont ce régime est devenu coutumier et qui ne cesse de d’abimer l’Etat ». Elle a aussi indiqué que « les conditions favorables au déploiement de l’action politique, conformément à la constitution ne sont pas réunies », en prenant pour exemple : « la liberté d’accès des partis politiques dans les médias publics qui n’existent pas, le droit à la liberté des réunions publiques, un des piliers de modèle républicain, et l’ensemble des libertés publiques sont constamment bafoués par ce régimes ».

 

 

PARTAGER