Accueil Politique Commune de Franceville : Ndoundangoye déjà boudé?

Commune de Franceville : Ndoundangoye déjà boudé?

PARTAGER
Justin Ndoundangoye/DR

Les populations du 2e arrondissement de la commune de Franceville souhaiteraient que le député suppléant de Justin Ndoudangoye, le choix du peuple, siège à l’Assemblée nationale à la place de son titulaire.

Les populations du 2e arrondissement de la commune de Franceville, de sources dignes de foi,  réclameraient la réhabilitation, à l’Assemblée nationale, du suppléant de l’honorable Justin Ndoundangoye. L’affaire qui commence à faire grand bruit, dans la capitale provinciale du Haut-Ogooué, pourrait connaitre d’autres rebondissements dans les prochains jours, si d’aventure les autorités politiques de la localité, et surtout les instances décisionnelles du PDG, s’avisaient à ne pas inscrire cette actualité parmi les propriétés de l’heure.

De sources concordantes, lors des investitures à l’élection législatives de 2018, les populations du 2e arrondissement de la commune de Franceville s’étaient offusquées de voir le candidat de leur choix contraint d’accepter le rang de suppléant, au profit de Justin Ndoundangoye. Ce dernier étant plus pressentit du côté de Ngouni. C’est d’ailleurs à ce titre que, dit-on, le doyen politique du coin, le général Idriss Ngari, recevait le néo-membre du gouvernement suite à sa nomination au poste de ministre des Transports et de la logistique. A cette occasion, le ‘’général tonnerre’’ a donné la bénédiction au  néo-membre du gouvernement.  Un geste très salué par les populations du cru, et surtout par les différentes familles, en ce sens que l’élévation de Ndoundangoye au rang de membre du gouvernement compensait l’éviction de Liliane-Nadège Ngari, épouse Onanga y’Obegue à la tête du Conseil gabonais des chargeurs (CGC).

Seulement voilà, au moment des investitures, alors que le ministre du coin décide de se lancer dans la course à la députation, les populations de Ngouni, mais surtout celles du 2e arrondissement de Franceville, sont surprises de l’annonce de la candidature de Justin Ndoundangoye dans cette circonscription politique de la capitale provinciale du Haut-Ogooué. Malgré l’opposition des populations de Franceville qui voulaient plutôt un fils pur jus du coin, le candidat autoproclamé verra son investiture actée par les hautes instances du PDG influencées par l’AJEV, alors tout puissant mouvement de Brice Laccruche Alihanga.

Il aurait donc fallu, pour calmer les populations du 2e arrondissement de Franceville, procéder aux arbitrages, afin de faire admettre à ces populations la candidature contestée du jeune ministre de Ngouni. Les closes de ces négociations rassuraient les populations de ce que leur choix sera respecté, du fait du maintien de Ndoundangoye au gouvernement, jusqu’à la fin de la législature en cours. Ce qui aurait pour avantage que le suppléant siègerait à l’Assemblée nationale. Depuis lors, les choses se passent dans le respect des closes de l’entente passée entre les populations du 2e arrondissement et le député PDG, Justin Ndoundangoye, par ailleurs secrétaire général de l’AJEV. L’affaire va prendre une autre tournure, avec l’éviction du gouvernement de Justin Ndoundagoye, contraint de regagner l’hémicycle de l’Assemblée nationale, en lieu et place de son suppléant qui y siégeait jusqu’à cette date.

Du coup, à Franceville c’est l’émoi. On assiste à une levée de bouclier des populations qui dénoncent le manque de sincérité dans les engagements pris par le député titulaire. Ce dernier leur avait rassuré de sa longévité au gouvernement, sans possibilité d’empêcher le suppléant de jouir des avantages liés au poste de député. Le climat dans ce siège politique du Haut-Ogooué reste des plus délétères.

Gageons que les instances du PDG qui ont validé la candidature problématique de Justin Ndoundangoye au 2e arrondissement de Franceville, sur injonctions de l’AJEV, sauront tout mettre en œuvre, afin de ramener la sérénité dans cette circonscription politique.

PARTAGER