COMMUNE DE BITAM: DERIVE AUTORITAIRE ET EXCLUSIONS EN CASCADE DES CADRES ESSANDONES

COMMUNE DE BITAM: DERIVE AUTORITAIRE ET EXCLUSIONS EN CASCADE DES CADRES ESSANDONES

595
11
PARTAGER
Le ministre Pastor Ngoua N’neme

DERIVE AUTORITAIRE ET EXCLUSIONS EN CASCADE DES CADRES ESSANDONES DES RANGS DU PARTI DEMOCRATIQUE GABONAIS PAR LE  MINISTRON PASTOR NGOUA N’NEME ALIAS MACIAS, ROITELET DE MBAFANE

Depuis sa nomination au premier gouvernement Daniel ONA ONDO en janvier 2014, Pastor NGOUA N’NEME qui a bien appris de son ancien mentor René NDEMEZO’OBIANG les bonnes méthodes pour la longévité aux affaires, a très tôt identifié ses ennemis constitue le gotha des cadres Essandones, autochtones de la cité qui sont restés fidèles au Parti Démocratique Gabonais et à son chef Ali BONGO ONDIMBA, après la sortie de la CAPO, susceptibles de lui ravir le perchoir. Le petit Macias de Mbafane a très vite mis en place un système composé d’un ensemble de mécanisme visant à écarter ses « imposteurs » Essandones de tout militantisme visible au sein du PDG et au mieux, les précipiter dans l’opposition.

Dérive autoritaire oui,

À titre d’exemple, le slogan bien connu des gabonais en général et des Pdégistes en particulier qui dit : « Les femmes biens encadrées par des hommes biens » est ainsi déformé dans la commune de Bitam « les femmes biens encadrées par un homme bien » par le roitelet de Mbafane, faisant ainsi abstraction de tout militantisme ou contribution d’aucun autre militant dans le fonctionnement du PDG dans la commune de Bitam ; alors même que tous les observateurs aguerris de la scène politique sur ce siège savent que c’est bien lui qui constitue, de par son impopularité légendaire et par ses méthodes de gestion familiales, le blocage du véritable redémarrage du PDG dans cette circonscription politique.

Il n’y a presque pas d’image faisant paraitre la silhouette d’un cadre Essandone diffusée par la presse, lors des nombreuses activités du PDG dans la commune de Bitam auxquelles ils prennent massivement part; la sélection étant minutieusement faite par petit Macias.

Pour mieux asseoir son autorité, le roitelet de Mbafane n’a pas hésité dès son arrivée au gouvernement de nommer un cabinet constituer pour l’essentiel des membres et alliés de sa famille, sans tenir compte des objectifs électoraux de son parti, qui lui obligent de partager, son cabinet est en effet constitué de ses enfants, neveux, nièces, cousins, cousine, beaux-frères, belles-sœurs et des quatre Chargés de Missions qu’il a choisi, deux sont de sa famille et de Mbafane son quartier natal (village natal), dans une ville qui compte vingt et un quartiers. Ce mode de gestion comporte bien plus d’inconvénients que d’avantages.

En effet, contrairement à la vision du Ministron de Mbafane, le choix des parents directs comme collaborateurs principaux dans la gestion des affaires publiques et politiques constitue un réel inconvénient et est source d’importants disfonctionnements, puisque se diront-ils, tout peut se régler à la maison, maman agira, ma sœur en parlera avec lui la nuit,  mon oncle verra ça avec lui, papa arbitrera (etc..) ; et surtout éloigne les véritables acteurs désintéressés et découragés par ces méthodes, des véritables actions militantes et d’un engagement maximal. C’est à cause de ce mode de gestion que son neveu Jean Noel en service au Ministère du Budget et sa nièce Nicole (sa particulière) ont pu lui ravir 260 millions F CFA, sans qu’il ne puisse lever le moindre doit, puisque cela  s’est effectivement réglé à la cuisine, sans sanction ni remboursement de cet argent public, au moment ou il contraint toutes les personnes qui ont bénéficiées de ses promotions à des cotisations pour sont action politique. Bien d’autres disfonctionnement de cette nature peuvent être énumérés.

A l’orée des échéances électorales à venir,  cette gestion scabreuse, autoritaire et familiale finira par rattraper le PDG dans la commune de Bitam, si le petit Macias ne se ressaisi pas.

Exclusion des cadres Essandones des rangs du PDG oui,

Au lendemain de sa nomination au gouvernement, tous les cadres Essandones militants du Parti Démocratique Gabonais ont fait allégeance au nouveau Ministre et se sont engagés à travailler avec lui, mais celui-ci n’entendait pas cela de cette oreille, puisque les ayant identifié comme principaux adversaires à sa longévité aux affaires.

En effet à cette époque là, nous avons bien pu percevoir autour du roitelet de Mbafane, des cadres Essandones des huit quartiers villages que compte la commune et militants du PDG, Jonas EDZANG BEYEME et Hilaire MINTSA MI NZUE (natifs de Mengang), Macaire EDZANG ONDO, Flavienne MFOUMOU ONDO et Mireille AKELE ONDO (natifs de Bitam 1), Jean Pierre OBIANG ZUE BEYEME, François ESSONO OBIANG et Marcel EBANG MENGUE (natifs d’Agnizock), Emmanuel EDOU EYENE, Jean Jacques ESSONO NGUEMA et Jean Fernand ESSONO MENIE (natifs de Melene), Fortuné NGUEMA MVONO et Clotaire EDOU NKOULOU (natifs de Missele), Bernard EDOU EYENE et Jean François TOMO EYENE( natifs de Bibè), Sylvestre MESSA ME EDZANG, Désiré MEBA ME FAMA et Dorothée MENGUE MENIE (natifs de Mimbang), ainsi que Dieudonné NDEMEZO’O NGUEMA et Dieudonné ZUE OBIANG (natifs de Bitam 1) pour ne citer que ceux là.

Tous ces cadres Essandones et bien d’autres ont porté l’action politique du PDG dans la commune de Bitam aux côtés du petit Macias et en dehors de l’ancien Maire Clotaire EDOU NKOULOU et de Jean Fernand ESSONO MENIE alors passés à l’opposition avec René NDEMEZO’OBIANG, tous ont pris part entière pour le PDG à l’élection partielle législative et l’un des leurs, Hilaire MINTSA MI NZUE a même été Directeur de Campagne du Ministron Pastor NGOUA N’NEME.

Malgré cet élan d’engagement et de militantisme, petit Macias a continué son œuvre d’épuration au sein du PDG dans la commune. Il a personnellement et de manière infondée accusé de duplicité les cadres du clan Essandone, lors de cette élection partielle et a accéléré et fait aboutir l’exclusion du PDG de l’ancien Maire Clotaire EDOU NKOULOU, malgré l’opposition de plusieurs notables et cadres du parti. Ce qui énormément discrédité le PDG sur le siège.

Ces accusations de duplicité ont surtout été faites à l’endroit  Macaire EDZANG ONDO (Mandataire du candidat), Hilaire MINTSA MI NZUE (Directeur de campagne), Mireille AKELE ONDO (Trésorière de la Direction de campagne) et de NDEMEZO’O NGUEMA Dieudonné (Président du Comité de campagne de Biatm 1).

Au-delà de la duplicité, il a fait diffuser dans la ville qu’il a remis un perdiem de 4 000 000 F CFA à Macaire EDZANG ONDO pour sa mission de mandataire alors même que ce dernier a passé toute la période campagne sans un seul sou du candidat, pendant qu’il disait à ses proches que « Macaire ne recevra aucun argent de moi, je ne lui fait pas confiance, il risque de l’utiliser contre moi ».

Quand au Directeur de campagne Hilaire MINTSA MI NZUE, il était également accusé à tort depuis la période pré-électorale par le Ministron de Mbafane et son entourage, d’avoir écris à la Présidence pour lui ravir l’investiture. A l’heure actuelle, il transpire de l’entourage colaboro-familial de petit Macias que ce dernier n’est plus en odeur de sainteté au cabinet du roitelet de Mbafane, celui-ci ayant appris par ses dieux que le garçon de Nazareth voudrait lui ravir son poste au gouvernement.

La conséquence immédiate de ces accusations mensongères et planifiées a principalement été la perte de leurs fonctions, de plusieurs cadres Essandones orchestrée par le petit Macias dont Dieudonné NDEMEZO’O NGUEMA de la fonction de Secrétaire Général Adjoint 1 du SENAT et Mireille AKELE ONDO du poste de Directrice Centrale des Ressources Humaines au Ministère de l’Economie Numérique.

Par ailleurs, l’essentiel des cadres Essandones militants du Parti Démocratique Gabonais sont mis à l’écart des activités du parti et l’équipe du Ministron se réduit à des personnages sans encrage ni inertie quelconque dans cette ville où les Essandones constituent près de 30% de l’électorat.

Face à ce harcèlement plusieurs cadres on rejoint les rangs de l’opposition avec à l’esprit la vengeance et l’exclusion au perchoir de leur village d’un usurpateur à qui ils ont au départ voulu accorder leur confiance et qui selon eux, ne le mérite pas.

En effet d’importants cadres à l’instar de Macaire EDZANG ONDO, Clotaire EDOU NKOULOU, Jean Fernand ESSONO MENIE, pour ne citer que ceux là ont adhéré dans les partis de l’opposition.

Les indiscrétions nous rapportent qu’interrogé sur ces méthodes suicidaires qui vont certainement précipiter le Parti Démocratique Gabonais vers l’échec grave à l’occasion des futures élections, le roitelet de Mbafane répond qu’il ne doit rien aux Bitamois et encore moins aux Essandones, qu’il est Ministre de son neveu Daniel ONA ONDO qui l’ reconduit malgré son échec à l’élection législative partielle d’août 2015.

Au regard de ce jeu et de cette action flagrante de sabotage du rayonnement du PDG dans la commune de Bitam, la question légitime que les Bitamoises et les Bitamois se posent aujourd’hui et que les instances du PDG sont en droit de se poser, est celle de savoir au service de qui est réellement le petit Macias, d’ONA ONDO ou d’Ali BONGO ODIMBA, sachant bien que les carottes sont effectivement cuites pour lui aux législatives de décembre prochain, alors que son « Champion » ABO a besoin des suffrages le 27 août 2016 ; « Wait and see ».

 

Facebook Comments

11 COMMENTAIRES

  1. Its like you read my mind! You appear to know a lot about this, like you wrote the book in it or something. I think that you could do with some pics to drive the message home a little bit, but instead of that, this is fantastic blog. A fantastic read. I will definitely be back.

  2. Fine des filles vous jugeront l¨¤-dessus, cependant , vous avez egalement seul beaut¨¦ int¨¦rieure neo?Bravissimo choisir tilises chaussures p snowboard pour ne plus souffrir sur des pistes