Accueil Politique Coalitions pour la Nouvelle République : Les législatives qui divisent

Coalitions pour la Nouvelle République : Les législatives qui divisent

PARTAGER
Les partis qui ne participeront pas aux législatives/DR.

Hier à la faveur d’une conférence de presse organisée à la résidence de Jean Ping, neuf partis de la coalition pour la Nouvelle République, ont donné leur position quant aux prochaines législatives. Ils disent ne pas y prendre part en raison des conditions actuelles.

Les législatives à venir pourraient être un grand désaccord ou même à l’origine de la division de la Coalition pour la Nouvelle République incarnée par Jean Ping. Si Zachary Myboto, a, au cours de la cérémonie marquant les 8 ans d’existence de l’Union Nationale émis le vœu de voir la Coalition réunie pour les législatives comme en 2016, cela ne risque de ne pas être le cas pour les législatives d’avril prochain. Et pour cause, neuf partis de la coalition ont dit ne pas y prendre part à ces élections, il s’agit de l’Adere, du Congrès pour la démocratie et la justice, des Souverainistes, du PGP, du NAR, du PARI, de l’UPGL, de l’UPL et de l’URDP et du groupe conduit par Jean Eyeghe Ndong.

Cette déclaration a été faite lors d’une conférence de presse tenue au domicile de Jean Ping. «Le blocage de l’alternance politique par le pouvoir actuel, est la principale préoccupation du président Jean Ping, la principale préoccupation de la Coalition pour la nouvelle République, la principale préoccupation de la diaspora et la principale préoccupation de la majorité du peuple Gabon», a indiqué lors de cette conférence de presse, le Pr Vincent Moulengui Boukousso. Et de poursuivre que la participation de l’opposition à ces élections législatives, serait de légitimer le pourvoir d’Ali Bongo.

«La présidence de la République est la clé de voûte de toutes les institutions. L’élection présidentielle a donc une importance sans égal. Mettre au même niveau de préoccupation la lutte pour le rétablissement de la vérité des urnes du 27 août 2016 et la lutte pour la conquête des sièges à l’Assemblée nationale est une manière de détourner l’attention du peuple Gabonais et de son président démocratiquement élu de leur objectif principal, à savoir le rétablissement de la vérité des urnes et la prise de pouvoir»,. «Il serait naïf de croire que dans notre pays, le Gabon actuel, il est possible de renverser cette dictature qui s’est maintenue au pouvoir par l’effusion du sang des centaines de gabonais», a laissé entendre Pr Vincent Moulengui Boukousso.

Une position de ces partis qui pourrait provoquer une division de la coalition, si ce n’est déjà fait. A ce jour, quatre partis membres de la coalition, et pas les moindres, ont déjà décidé d’y prendre part. L’Union Nationale, les Démocraties, le RHM et l’UPG Solidaire de Moukagni Iwangou.

On sera encore plus édifié ce samedi, à l’occasion de la déclaration de Jean Eyeghe Ndong, au quartier général de Jean Ping.

PARTAGER