Accueil Politique Après sa sortie du gouvernement : Paul Biyoghe Mba: ‘’sans état d’âme’’

Après sa sortie du gouvernement : Paul Biyoghe Mba: ‘’sans état d’âme’’

PARTAGER
DR.

Viré du gouvernement Issozé Ngondet 3, Paul Biyoghe Mba, à la faveur d’une rencontre avec ses ex collaborateurs, a dit se concentrer désormais à la politique, notamment aux législatives ce, après avoir passé prêt de 30 ans au gouvernement.  

C’est le weekend écoulé que Paul Biyoghe Mba a reçu, à son domicile privé, une délégation des ses ex collaborateurs, afin de les remercier de l’avoir accompagné durant tout son séjour au gouvernement. Mais pour l’ex membre du gouvernement, l’heure n’est pas aux pleurnichements, mais de penser au futur. Cap donc sur les législatives. Mais pour cela, il faut d’abord obtenir l’investiture du parti « dans l’immédiat, je vais travailler à préparer les élections législatives et obtenir l’investiture de mon parti le PDG. Et de continuer, j’ai bon espoir que mon parti va m’investir et me présenter aux élections législatives ».

Pour l’homme de Bikélé, quitter le gouvernement ne signifie pas quitter la politique, encore moins quitter le Gabon. «  Sauf en cas de force majeure, dans ma tête je crois que j’en ai encore pour douze ans à faire de la politique, à être au service du Gabon ».  

 Cette sortie du gouvernement de l’ex premier ministre ne cause pas un désarroi, encore moins un problème dans ses ambitions. «  Je ne suis nullement atteint ni politiquement ni professionnellement, ni moralement. Je pars du gouvernement sans état d’âme mais totalement préparé à cette nouvelle situation. Préparé pour des raisons simples, je suis ministre depuis presque trente ans. Je suis entré et nommé pour la première fois à trente six ans, aujourd’hui j’en ai 65. Donc, c’est une durée assez longue ».

Il a donc profité de ce moment pour demander à ses ex collaborateurs de repartir dans leurs administrations d’origine. Un peu comme si l’ex tortue en chef ne se voyait plus ministre un jour et aurait complètement perdu en influence dans la sphère «émergente» où il a été le tout premier ministre, avec toute la guéguerre livrée à plusieurs hauts cadres de la République taxés d’opposants.  

PARTAGER