Accueil Politique Après la dissolution de l’Assemblée nationale : tous les pouvoirs législatifs désormais...

Après la dissolution de l’Assemblée nationale : tous les pouvoirs législatifs désormais au Sénat

PARTAGER
Onouviet remettant les dossiers à Milebou/(c)DR;

C’est à l’occasion d’une séance de travail tenue au Sénat que le désormais ex  président de l’Assemblée nationale, Richard Auguste Onouviet, a remis tous les dossiers restés en traitement aux mains de la présidente du Sénat. Cette remise des pouvoirs intervient plus de deux semaines après la dissolution de la chambre basse du Parlement.

 Accompagnés de certains de ses collègues députés, Richard Auguste Onouviet, a procédé il y a quelques jours, précisément le jeudi 24 mai, à la remise des pouvoirs de l’assemblée nationale au Sénat, la  Chambre haute du Parlement. Il s’agit entre autre des dossiers restés en cours d’examens par l’institution qu’il avait en charge deux ans durant.

Cette cérémonie a eu lieu au Sénat, en présence de la présidente de cette institution, Lucie Milebou Mboussou, elle aussi assistée de certains de ses collègues sénateurs. Il s’agissait d’une transmission «des pouvoirs administratifs légaux de l’Assemblée nationale au Sénat». Geste qui fait de Milebou Mbousou, l’ordonnateur intérimaire de l’Assemblée nationale.

Il faut dire que cette cérémonie de remise des pouvoirs  au eu lieu alors que les sévices législatifs de la chambre basse du parlement avaient remis quelques jours plutôt des documents législatifs au sénat. Cette rencontre a donc permis aux deux personnalités de faire le point des dossiers restés en souffrance.

Aussi, l’intendance a été  abordée lors de cette rencontre. L’ex président de l’Assemblée nationale a donc fait  la comptabilité à sa collègue du Sénat sur la situation financière de l’institution, l’état du mobilier et autre équipement, et bien sûr, la situation du personnel,  toujours en attente du payement des primes.

Autant dire qu’il revient à Lucie Milebou Mbousou d’assumer le passif et l’actif de cette institution, bien évidement jusqu’ à la mise en place d’une nouvelle législature.

PARTAGER