Accueil Politique Ali Bongo – Issoze Ngondet : Bisbilles au sommet de l’Etat ?

Ali Bongo – Issoze Ngondet : Bisbilles au sommet de l’Etat ?

PARTAGER
Ali Bongo et Issoze Ngondet/(c)internet.

A l’exact inverse de ce qui s’est généralement passé jusque-là (discours du 17 août ou de fin d’année), le chef de l’Etat n’a pas cité le Gouvernement une seule fois dans son discours à la Nation le 31 décembre 2017. D’où des questionnements d’observateurs sur ce fait inhabituel…

Friture sur la ligne  »2 décembre – Palais du bord de mer » ? Bisbilles, coup de froid, humeur incompatible au sommet de l’Etat ? De nombreux observateurs se sont posé cette question au soir du dernier discours à la Nation d’Ali Bongo. Une pratique inhabituelle de la part du chef de l’Etat qui s’est souvent fait fort de fixer un cap et une direction au Gouvernement lors de ces prises de parole publiques.

Le 31 décembre 2015, par exemple, Ali Bongo déclarait :  »Je demande au Gouvernement de procéder, dans les meilleurs délais, à la livraison des logements prêts à être occupés dans les divers logements de Libreville et de l’intérieur du pays » et affirmait plus loin :  »Le Gouvernement s’emploie à trouver les solutions rapides et appropriées pour résoudre le conflit homme-faune »… Le 17 août 2013, il annonçait :  »A cet effet, j’ai instruit le Gouvernement de mettre en œuvre sans délai ces programmes pour les CHR de Mouila et d’Oyem qui ne répondent plus aux attentes de nos concitoyens ». Dans un autre discours, il indiquait :  »A cette fin, j’ai instruit le ministre chargé de l’Education de préparer en urgence, pour la prochaine rentrée d’octobre, 400 salles de classe qui accueilleraient 20.000 élèves »… D’autres discours de fin d’année ou de la fête de l’Indépendance sont du même acabit.

Mais le 31 décembre 2017, rien d’une telle tonalité ! Un discours pourtant marqué par de nombreuses promesses dans divers secteurs. De cette corne d’abondance, rien n’est sorti pour le Gouvernement Issozé Ngondet II. Ni félicitations (il est vrai que cela aurait surpris l’opinion), ni encouragements (à passer à l’action). Dans la  »même veine emphatique », le gouvernement n’a eu droit à aucune instruction. Dans cette alternative forte qu’il énonce -celle de faire de 2018 une année d’action- Ali Bongo  »n’instruit pas » l’équipe gouvernementale de quoi que ce soit. Dans cette envie de faire bouger les lignes en 2018, nulle directive pour le Gouvernement ! Cela est un peu surprenant quand même…

Est-ce à dire que le chef de l’Etat n’attend rien d’Issozé Ngondet II en 2018 ? 15 mois après avoir nommé l’ancien ministre des Affaires étrangères au  »2-Décembre », veut-il déjà passer à autre chose ? Estime-t-il que ce n’est pas avec ce Gouvernement qu’il peut franchir les nouvelles étapes qu’il se fixe ? Un mois après avoir renouvelé le Secrétariat exécutif du Parti démocratique gabonais (PDG), Ali Bongo veut-il apporter une  »nouvelle touche » au Gouvernement afin d’accomplir le  »changement radical de gouvernance » et de  »méthode » qu’il veut  »mettre en œuvre » dès 2018 ? Cette posture présidentielle n’a pas en tout cas manqué de soulever des  »commentaires narquois » sur la toile…qui est aujourd’hui dans un débit vertigineux au sujet de cette attitude inhabituelle d’Ali Bongo.

Il faudrait peut-être, pour se faire une opinion définitive sur le coup de froid que connaîtrait actuellement ou non le couple de l’exécutif, attendre la période des vœux au Palais présidentiel.
Melchior Ndabeyene

PARTAGER