Affaire Aba’a Minko : Bilie Nzé agite le camp Ping

Affaire Aba’a Minko : Bilie Nzé agite le camp Ping

309
0
PARTAGER
Le ministre d'Etat, porte parole du Gouvernement/DR.

Les agissements  perpétrés  par  Désiré Aba’a Minko, le vendredi dernier et la visite d’une délégation de la Cour Pénale Internationale au Gabon, ont constitué les points essentiels  de la conférence de presse du porte parole du gouvernement,  Alain Claude Bilie Nzé, tenue ce  19 juin à Gabon Télévision.

« Le gouvernement demande à Ping de dénoncer les actes perpétrer  par Roland  Aba’a  Minko, et non  de s’en désolidariser. » C’est le message lancé à l’endroit de Jean Ping par Alain Claude Bilie Nzé, le ministre d’Etat porte parole du gouvernement, soupçonne à tort ou à raison Jean Ping  comme  principal commanditaire des faits perpétrer par un de ces alliés, Désiré Aba’a Minko, désormais considéré comme le premier terroriste gabonais.

Pour le porte parole du gouvernement, le seul coupable de ces actes, est Jean Ping, car pour lui, ‘’il est impensable  que le pouvoir puisse perpétrer ces faits.’’ Pourtant, dans le camp de Jean Ping, la réaction a été immédiate, pour condamner l’acte posé par l’un de leurs : «Afin que ne subsiste aucune ambigüité, le président élu Jean Ping et la coalition pour la nouvelle République condamnent avec la plus grande énergie toute violence politique et tout acte à caractère terroriste », avait déclaré, devant la presse, le porte parole de la coalition, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, le 17 juin dernier. «Quelle condamnation parle encore M. Billie-Bi-Nze ?» s’est interrogé un cadre de l’opposition.

Pour l’heure, on retient l’arrivée d’une mission de la CPI a été faite à la demande du gouvernement. Et que, selon le porte parole de ce gouvernement : « il n’y a pas eu crime ou génocide, personne ne sera arrêtée au Gabon. »

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE