Accueil Politique Achat d’un hôtel particulier à Paris Le Pozzo Di Borgo, bien de...

Achat d’un hôtel particulier à Paris Le Pozzo Di Borgo, bien de l’Etat ou propriété de la famille Bongo ?

PARTAGER
(c)internet.

L’occupation récente di Pozzo Di Borgo par les opposants de la diaspora gabonaise à Paris suscite des interrogations quant au réel propriétaire de cet hôtel particulier, acheté en 2010 par l’Etat gabonais. Qui, jusque-là, n’a pas encore profité de ce bien.

TV5 Monde du groupe France Média Monde, lors de la l’évacuation des occupants, au soir du 13 janvier dernier, indiquait : « Les opposants gabonais ont évacué l’hôtel particulier de la famille Bongo à Paris ». D’autres médias français, en l’occurrence ‘’Le Parisien’’ et ‘’Libération’’ précisaient pendant l’occupation de l’hôtel par les membres de la diaspora gabonaise : « Paris : les opposants gabonais, occupent un hôtel particulier de la famille Bongo » (Le Parisien) et Libération d’aller dans le même sens : « Des opposants gabonais occupent à Paris, un hôtel particulier de la famille Bongo ». Lorsque l’on sait tout le sérieux de ces médias dans le traitement affaires installées en France, on peut s’étonner de cette appropriation d’un bien de l’Etat gabonais par la famille régnante du Gabon.
Or, à l’achat du Pozzo Di Borgo le 21 avril 2010, le gouvernement gabonais pour couper court aux spéculations sur cette nouvelle acquisition, indiquait : « L’acquisition en toute transparence d’un immeuble situé rue de l’université dans le 7e arrondissement de Paris, destiné à l’ambassade du Gabon en France. Cet achat est intervenu alors que l’actuelle ambassade du Gabon à Paris connaissait d’importants travaux de réfection de longue durée. Il s’agit là d’un placement immobilier pour la république gabonaise…L’acquisition de cet immeuble permettra en outre de réduire les frais d’hébergement des officiels en mission en France ».
Près de 8 ans après l’acquisition, point d’ambassade du Gabon à Paris au Pozzo Di Borgo, et aucune personnalité gabonaise en mission à Paris n’y a été logée. Bien au contraire, l’ambassade du Gabon à Paris loge toujours au 26 bis, Avenue Raphaël.
Pourquoi, jusque-là, l’Etat gabonais ne jouit toujours pas de son bien immeuble ? Et pourquoi, pour se rendre au Pozzo Di Borgo, au lendemain de l’occupation de l’hôtel particulier, l’ambassadeur du Gabon en France, Flavien Enongoué, a dû être accompagné par un responsable d’une Société commerciale immobilière (SCI) dans un bien appartenant à l’Etat gabonais qu’il représente en France. Une curiosité, quand on sait, selon Wilkipedia, que : « Le recours à une SCI permet la détention d’un bien immobilier pour plusieurs personnes et peut faciliter la transmission du bien ».
Question : qui, en dehors de l’Etat gabonais, peut revendiquer la propriété du Pozzo Di Borgo ? Là est toute la question.

PARTAGER