A quand le dialogue national ?

A quand le dialogue national ?

157
0
PARTAGER

A quand le dialogue national ?

La mobilisation est de taille dans certains milieux politiques, notamment les partis et mouvments politiques de l’opposition qui se disent favorable à ces assises. Mais le temps qui ne fait que passer, sans qu’on avance une date de l’ouverture de celle-ci. Toute chose qui commence à susciter des commentaires.

Si pour certains, l’idée d’aller discuter autour d’une même table avec l’usurpateur Ali Bongo se résume à engranger un maximum de réformes visant à consolider la démocratie au Gabon, force est de constater que du  côté des émergents, on ne se bouscule pas beaucoup. Pour preuve, le ministre d’Etat en charge de ce dialogue national, Me Nkéa Ndzighe n’a, jusqu’à ce jour, pas fait une sortie allant dans le sens de la tenue de cette rencontre politique. Il en est de même pour plusieurs ministres pro Ali Bongo qui, à ce qu’il semble, n’y prêtent même pas attention.

A en croire certaines sources, la question du dialogue politique, le pouvoir, du moins certains ténors de celui-ci, ne veulent même pas à en entendre parler. Il se dit qu’ils ne sont pas prêts de discuter de la sitaution du pays avec l’opposition, qui risque de venir briser leur rêve et, surtout, devoir partager le gâteau avec eux. Selon ces sources, les  membres de l’aristocratie émergente considéreraient que le dialogue est synonyme de perte d’avantages, et la mise à plat de certains de leurs acquis, avec un inéluctable gouvernement  d’ouverture, pour le suivi des décisions issues de ce dialogue. Où nombreux profito-situationnistes pourraient laisser leurs plumes.

Et dans les partis politiques de l’opposition favorables au dialogue, l’attente devient insupportable. Au point que certains commencent à penser qu’ils auraient été dupés ; l’appât du fameux dialogue n’ayant pour but, que de diviser une opposition qui avait su faire bloc. Pour une fois.

A coup sûr, pour certains qui bien informés de cette question, il n’y aura pas dialogue, en tout cas pas maintenant. La préoccupation première d’Ali Bongo étant l’organisation de [sa] Coupe d’Afrique des nations en janvier et février prochain.

Serge  Du Palvier

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE