Accueil Politique Elections 2018 : Chantal Myboto et Jeanine Taty Koumba appellent...

Elections 2018 : Chantal Myboto et Jeanine Taty Koumba appellent à sanctionner le PDG dans le premier arrondissement de Libreville

PARTAGER
Les candidates de la coalition RHM-UN lors du bain de foule/pyramidmédigabon.

Elles aussi ont donné le coup d’envoi de leur campagne comptant pour les législatives et locales 2018, le weekend écoulé. Au quartier Okala, dans le cadre d’un meeting  grandeur nature, Chantal Myboto Gondjout et Jeanine Taty Koumba, ont appelé à sanctionner le PDG et ses alliés.

C’est à Okala, dans le premier arrondissement de la commune de Libreville au lieu dit auberge d’Okala que Chantal Myboto Gondjout et Jeannine Taty Koumba ont lancé leur campagne pour les

élections législatives et locales. La première citée, va désormais concentrer toute son énergie pour briguer un mandat au conseil municipal de Libreville, d’autant plus que sa

candidature aux législatives a été invalidée, suite au recours introduit par Gabriel Malonga Mouelet, le député sortant PDG et candidat à sa propre succession dans cette

 

circonscription politique. Mais pour Chanatl Myboto, ce recours prouve que son adversaire avait peur de l’affronter sur le terrain et dans les urnes: «Je voudrais tout simplement dire à nos militants et militantes, sympathisants et

sympathisantes, que l’injustice flagrante dont j’ai été victime ne surprend personne, car c’est ça le pouvoir PDG, parce que quelque part je fais peur. Et puisque que je fais peur, nous allons leur montrer que malgré ce qu’ils ont fait, ils sont battus d’avance. Pour cela je dis, on sanctionne. On met un carton rouge au PDG dans le premier arrondissement de Libreville», a précisé Chantal Myboto.

Elle a profité de cette occasion pour inviter les populations à changer de régime, au regard de la situation actuelle du pays«il y’a tellement de choses à faire pour la ville de Libreville. Nous avons des problèmes de voirie, regardez toutes ces poubelles dans les quartiers. En tant que Conseiller municipal, j’ai souvent voté contre certaines libérations. Je pense qu’aujourd’hui, il est temps que la population de Libreville puisse donner la chance à un autre groupe de parti politique pour pouvoir relever le défi», «Le bilan de ce parti est clair : zéro plus zéro plus zéro donne zéro. Alors, lorsque nous avons des gens qui ne représentent rien, on leur donne un bon coup de pied, on les met dehors et on laisse la place au changement. Car au PDG, la volonté politique est ailleurs, à savoir: la conservation du pouvoir. Nous, nous voulons le développement du pays, qui passe par les collectivités locales, et donc par le développement de la capitale du Gabon qui est Libreville», a éclairé la candidate.

Pour le président de l’Union Nationale, seules Chantal Myboto Godjout et  Jeanine Taty Koubma doivent gagner  dans le premier arrondissement de Libreville.

PARTAGER