Accueil Politique Après la mise en place du gouvernement issoze Ngondet 3 Les partis...

Après la mise en place du gouvernement issoze Ngondet 3 Les partis  »gazelle » de la majorité en larmes

PARTAGER
DR.
Le torchon brûle désormais entre Ali Bongo et ses alliés des partis
politiques de la majorité républicaine sociale et pour l’émergence
(MRSE).  Pour les Présidents de ces partis, Ali Bongo et son parti
 donnerait plus d’importance aux opposants qu’aux responsables
des partis alliés.
Jean Boniface Assélé, Guy Christian Mavioga, Florentin Moussavou,
Hervé Patrick Opianga  et consorts, tous ces responsables de partis
politiques membres de la majorité républicaine sociale et pour
l’émergence, sont mis sur le carreau.
Et depuis quelques jours, certains présidents de partis
alliés, à l’instar de Guy Christian Mavioga,  montent au créneau, pour
dénoncer cette nouvelle manière de faire  du Président du parti
démocratique Gabonais (PDG), Ali Bongo. La formation du nouveau
gouvernement issoze Ngondet 3, vient de montrer qu’Ali Bongo,
n’accorde pas d’importance aux partis alliés du PDG.  Ces derniers
sont réduits à des simples consultants, pendant que les opposants
d’hier, qui ont souvent insulté le PDG et ses alliés, se mettent
plein les poches au gouvernement et dans certaines institutions du pays.
Des choix politiques qui semblent ne pas véritablement inquiéter, le
patron de cette majorité. Dans la mesure où, pour mettre en place un
gouvernement chargée de préparer les élections, il a préféré aller
chercher la main d’œuvre dans l’opposition, au lieu d’un rapprochement
avec ses alliés.  Le PDG a-t-il besoin de ses alliés que lorsqu’il
faut préparer des manifestations politiques ?  La question mérite son
pesant d’or, dans la mesure où, depuis son  nouveau septennat, Ali
Bongo, semble ignorer ces partis  »gazelle » de la majorité. C’est
pourquoi, ces derniers estiment que le PDG devrait rectifier le tir,
en faisant participer tous les partis politiques de la majorité.
Une majorité composée essentiellement des partis qui n’ont aucune
représentativité sur le terrain. D’où  les cris de
détresse des alliés du PDG, qui vivent encore très mal ce changement
de stratégie de l’exécutif.

PARTAGER