Tension entre Paris et Bujumbura

Tension entre Paris et Bujumbura

121
0
PARTAGER

Le Conseil de sécurité a décidé, sur proposition de la France de l’envoi de 228 policiers onusiens  au Burundi. Cette résolution onusienne s’inscrit dans un contexte on ne peut plus délétère en ce qui concerne la situation politique Burundi ; assassinats de personnalités politiques, déplacement des populations et recrudescence des opérations de groupes armés en province.

Ces 228 policiers seront déployés à Bujumbura et dans l’ensemble du pays pour une période de 1 an. Ils travailleront en étroite collaboration avec les observateurs et experts militaires de l’Union Africaine, déjà présents. Le problème c’est qu’on n’est pas certain que les autorités burundaises laisseront travailler sereinement ces policiers onusiens.

La preuve étant que ce samedi 29 juillet 2016, des milliers de burundais ont protesté devant l’ambassade de France à Bujumbura pour dénoncer cette résolution initiée par la France. Le pouvoir Kurunziza estime que cette résolution porte atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du Burundi.

Il y a là comme de la mauvaise foi, de la part des autorités burundaises ; depuis plus d’un an, le pays est plongé dans une crise profonde. Le dialogue entamé, il y a quelques mois bat de l’aile. Il est dans une impasse totale puisque le pouvoir refuse toute discussion avec l’opposition en exil. Pendant ce temps, la sécurité des burundais n’est plus assurée, d’où une décision sage que d’envoyer des policiers onusiens sur le sol burundais. Le mérite de cette mission onusienne pour sera d’être neutre, donc de pouvoir protéger tous les burundais sans distinction d’appartenance politique ou ethnique.

La manifestation de protestation devant l’ambassade de France, comme on peut le deviner a  été orchestrée par le pouvoir pour montrer officieusement qu’il n’est vraiment pas d’accord avec cette résolution de l’ONU ; il n’entend pas se laisser dicter la conduite à tenir.

Mais ce pays a-t-il le choix ? Cela fait des mois et des mois que la situation empire. L’UA et l’UE reconnaissent cela ; la situation est catastrophique, inquiétante. Il y a eu plus de 500 morts et plus de 270 000 déplacés civils.

Serge Bibang

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE