Regain de tension au Soudan du Sud

Regain de tension au Soudan du Sud

139
0
PARTAGER

Il y a un vieux dicton romain qui dit ceci : les loups ne font jamais la paix, ils s’observent seulement pendant un moment. L’accalmie que l’on croyait revenue au Soudan du Sud, du fait d’un partage du pouvoir entre Salva Kir et Riesh Machar, est en train de voler en éclat.il y a eu près de 273 morts à Juba, la capitale, suite à des affrontements entre les deux factions rivales

Il faut rappeler qu’au terme d’une série de pourparlers entre les deux camps, un accord de paix avait trouvé, il y a quelques mois pour un retour à une normalité politique ; Salva kir comme président et Riesh Machar, comme vice-président. Par ailleurs, une réintégration des rebelles dans l’armée régulière a été prévue.

Malheureusement, il est clair que des deux côtés c’est la méfiance absolue. Les Nuers et les Dinkahs sont antagonistes ; et cela n’est pas récent. Ce sont des vieux conflits qui resurgissent. Déjà, à l’époque de John Garang, ces deux ethnies étaient antagonistes. N’eut été le charisme et la poigne de Garang, un conflit serait survenu à cette époque. A la lumière de ces nouveaux événements dramatiques, la question qu’il y a lieu de se poser est celle-ci : A quoi a servi l’indépendance du Soudan du Sud ?était –elle souhaitable ?

Ce tout nouvel Etat, parrainé par les Etats-Unis , ne fait que s’enliser dans un conflit à l’allure ethnique où la revendication au partage du pouvoir masque la haine profonde que se voue deux communautés ethniques.

L’ONU  a demandé une aide aux pays voisins car cette fois-ci, le conflit peut avoir des conséquences incalculables sur l’existence même de ce nouvel Etat, d’autant plus que c’est à Juba que s’est produit ce nouvel affrontement entre les deux camps. Salva Kir dispose d’un arsenal militaire solide ; qui plus est, il est soutenu par l’Ouganda.

Les puissances comme la Chine et les Etats-Unis sont finalement dans une difficulté quant à résoudre ce problème. Géographiquement, ce pays est dans une situation territoriale complexe, de par les pays qui l’entoure.

Tout ce qui importe actuellement, c’est une véritable réconciliation. Mais cela est-il possible ?

Serge Bibang

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE