Racisme : Danièle Obono au cœur d’une polémique

Racisme : Danièle Obono au cœur d’une polémique

285
0
PARTAGER
DR.

C’est le moins qu’on puisse dire sur la polémique au relent raciste qui est faite autour de Danièle Obono, la gabonaise d’origine, candidate aux législatives, nouvellement élu députée pour le compte de la ‘’France Insoumise’’ de Jean Luc Mélanchon, dans la 17è circonscription de Paris.

Il faut dire que Danièle Obono devrait s’attendre à ce genre de polémique, elle qui fait désormais partie des élus du peuple Français. Africaine d’origine, La franco gabonaise fait face à une polémique, qui en principe, ne devrait pas avoir lieu. Le malheur de la fraichement élue députée, fait suite à son soutien du groupe Z.E.P, qui vient de mettre un album sur le marché musical français et dont l’un des titres est  ‘’Nique la France’’.

Son soutien à ce groupe, elle a fait savoir sur les ondes de la RMC, notamment sur le plateau le Grand Oral. Elle dit être pour la liberté d’expression. Il est reproché également à la députée de la France Insoumise de n’avoir pas trop dit ‘’Vive La France’’ sur le plateau de l’émission, à la demande d’un présentateur.

Si la polémique a pris de l’ampleur sur la toile, il y a que le sénateur du Var et cadre du Front National, David Rachline, dans un communiqué,  dit clairement à Danièle Obono de ‘’quitter les dorures de la République’’.

Face à une telle polémique, voici ce que la jeune députée dit dans les lignes de jeuneafrique. com, quand on lui pose la question de savoir, si elle ne craint pas  de devenir une cible privilégiée, comme l’ont été Najat Vallaud-Belkacem ou Christiane Taubira. «  Je n’ai pas peur. Mais on ne peut pas être complètement immunisé contre la violence de ce type d’attaques, contre ces insultes. J’assume le fait qu’un combat politique puisse être dur, sur le plan des idées. Mais pour moi, la démocratie vaut mieux que ce type de violence. C’est à la fois désolant et irrespectueux. Étant ce que je suis, je sais que je vais peut-être devenir une cible. J’en ai évidemment conscience. Mais je pense que la réponse doit être collective ».  J’ai apporté mon soutien au groupe ZEP, dont l’album s’appelle Nique la France. Je l’ai défendu au nom de la liberté d’expression. Je ne reprends pas le terme, pour ma part. Mais je crois indispensable de défendre la licence créative pour les artistes. Je ne suis pas surprise. Ce n’est pas la première fois que je suis confrontée à ce type d’effets médiatiques. Pendant un an, lors de la campagne présidentielle avec Jean-Luc Mélenchon et ensuite pendant la campagne des législatives, j’ai été témoin d’effets d’emballements médiatiques et d’instrumentalisation politique. C’est souvent le cas avec la « fachosphère ». Ces gens sont nos ennemis irréductibles. Et ils nous ont désignés comme leurs ennemis irréductibles. J’assume complètement ce combat-là ».

Comme quoi, l’intégration en France, n’est pas aussi simple qu’on peut le croire.

Enzo Noah

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE