L’Afrique du Sud en péril

L’Afrique du Sud en péril

108
0
PARTAGER

On peut le dire sans ambages ; Nelson Mandela doit se retourner dans sa tombe, quant à la gouvernance actuelle, depuis que Jacob Zuma a pris le pouvoir. Comme aimait à le dire un homme politique français, les populistes ne sont utiles que lorsqu’ils ne sont pas au pouvoir. Ce qui se passe dans la nation arc-en ciel traduit bien cette assertion. Voila un homme qui pour avoir symbolisé les aspirations les plus latentes de la majorité de l’ANC ; à savoir un discours radical de nationalisme noir, de panafricanisme, de retour à la terre ancestrale des premiers habitants de l’Afrique du Sud, se retrouve empêtré dans des scandales financiers de corruption à n’en plus finir.

Jacob Zuma est une nouvelle fois mis à l’index par la justice sud africaine. Dans les démocraties, la plus grande force est l’opinion publique qui jauge de l’éthique et de la morale de ses dirigeants ; et cette fameuse opinion publique n’est que les aspirations justes et nobles de la majorité de la population. L’actuel président de l’Afrique du Sud, d’années en années voit s’effriter sa côte de popularité auprès du peuple sud africain.

Le problème se pose au niveau de l’ANC ; les dirigeants du parti, à ce qu’il semble, n’arrivent pas à avoir une attitude franche quant à la gouvernance Zuma. L’ANC base toujours son discours officiel sur les idéaux de lutte contre la discrimination raciale. Mais, cela fait plus de vingt ans que ce parti est au pouvoir ; a-t-il atteint ses objectifs ?avec Mandela sans doute, pas avec Jacob Zuma.

Une bonne partie de la classe politique de l’ANC s’est embourgeoisée manifestement, pensant rattraper le niveau de vie de la communauté blanche. Jacob Zuma est le symbole de cette course effrénée à l’enrichissement.

Cela ne pouvait que déboucher sur la naissance d’autres partis politiques dont les dirigeants sont des anciens membres de l’ANC. Depuis des mois, ils dénoncent la gouvernance de Jacob Zuma, allant même jusqu’à clamer la destitution de Zuma. Nonobstant cela, Zuma bénéficie encore d’une grande popularité chez les militants de base de l’ANC qui constituent le gros des troupes. Le parlement est à majorité ANC .Il est donc clair que Jacob Zuma terminera son mandat. La solution à la déliquescence de  cette gouvernance est le renouvellement de l’ANC. Une nouvelle génération doit prendre progressivement les leviers du pouvoir au sein du parti.

De toute façon, après Zuma l’ANC continuera d’exister. Zuma n’est nullement un deus ex machina .l’ANC est le plus vieux parti d’Afrique, créé en 1920.

D’autres Oliver Tambo, Jo Slovo, Albert Luthuli ou Dulcy September émergeront de nouveau.

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE