L’accord de Paris sur le climat : Donald Trump tourne le dos...

L’accord de Paris sur le climat : Donald Trump tourne le dos au monde

189
0
PARTAGER
Donald Trump/ DR

Colère et consternation totale, sont les sentiments qui animent aujourd’hui, tous les chefs d’Etat et autres organismes internationaux, après l’annonce du président américain,  Donald Trump, le Jeudi 1er juin 2017,  de quitter  l’accord de Paris, conclu en 2015 et  entré en vigueur en 2016.

Tous les Etats et autres entités qui  se sont battus pendant des années, pour protéger l’humanité contre les changements climatiques et la  dégradation de l’environnement, considèrent la décision de l’actuel locataire de la Maison blanche comme un manque de respect à l’humanité. Le Président Américain Donald Trump,  est désormais seul au monde. C’est en tous cas, ce qui se dessine à l’horizon, avec sa décision dangereuse  de quitter l’accord de Paris sur le climat.  Ami des lobbys pétroliers, le président américain pense que, l’accord sur le climat notamment pour ce qui est de son   financement, est trop couteux et non bénéfique pour  son pays. Des allégations qui ont donné des sueurs froides aux 194 chefs d’Etats qui s’étaient engagés, à lutter contre les changements climatiques et la protection de l’environnement.

« L’Amérique d’abord » a déclaré Donald Trump, le président américain. Une décision ambivalente, car, d’une part, il affirme agir pour les intérêts des américains et d’autre  part,  certaines populations des villes américaines, contestent sa décision. Les déclarations des Habitants des villes et des États américains puissants comme la Californie ou New York, en est une illustration parfaite.

Autres incongruité : son pays demeure le deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre, derrière la Chine. Autrement dit, les Etats – Unis, sont le deuxième plus grand pollueur de la planète. Par conséquent,  son pays et ses résidents ne sont pas à l’abri des catastrophes climatiques.  Ainsi sachant que la question des changements climatiques concerne toute la planète et  que ces retombées ne choisissent pas les pays ou les continents, quid de l’avenir de la population américaine ?  Là demeure toute la grande question, et c’est sans doute, ce qui explique la frustration de certains chefs d’Etats Européens,  qui ont déploré cette sortie malencontreuse de Donald Trump.

Le  président des États-Unis, vient, encore une fois, de remettre en question sa capacité à diriger un pays, en prenant une  décision, qui ne trouve pas un écho favorable auprès des ses compatriotes et du reste du monde.

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE