La dérive autoritaire du pouvoir Kabila

La dérive autoritaire du pouvoir Kabila

128
0
PARTAGER

Deux militants de l’opposition congolaise ont été condamnés à 15 ans de prison ferme par le tribunal de Lumumbas, pour bagarre. Rappelons que ces deux militants sont connus pour être opposés à la prolongation du mandat présidentiel de Joseph Kabila.

Ne prenons pas de gants pour dénoncer cet énième décision arbitraire ;le pouvoir Kabila est entré dans un cycle de répression en vue d’émousser l’opposition congolaise. Non content d’harceler MoÏse Katumbi, voila que l’on s’attaque à toute l’opposition congolaise. Comme le dit un adage « on ne jette pas des pierres à un arbre qui ne produit pas des fruits. »

 Joseph Kabila est empêtré dans une situation difficile ; d’une part la communauté internationale tient à ce que la constitution soit respectée, d’autre part sur le plan interne, la Société Civile et une bonne partie de l’opposition sont résolument engagées à faire en sorte que Kabila respecte la constitution. Il est clair que le clan Kabila n’a pas prévu le nouveau positionnement politique de MoÏse Katumbi, qui suscite l’admiration de la population congolaise. En étant débarrassé de Jean Claude Bemba, peut-être pensait-il avoir les mains libres pour continuer à présider le pays en toute quiétude.

Les américains ont déjà fait savoir que le plus important est le respect de la constitution afin de consolider l’Etat de droit. La pratique quotidienne du pouvoir par Kabila s’apparente à de l’autoritarisme ; la décision du tribunal de Lumumbashi montre l’instrumentalisation de la justice par le pouvoir en place. Si les élections n’ont pas lieu dans les délais prévus, que se passera- t-il dans ce pays continent ? Déjà, l’armée régulière peine à faire face aux groupes rebelles qui sévissent aux frontières.

Comme le constate nombre de Congolais, au lieu de mettre fin aux incursions des groupes de combattants étrangers venant d’Ouganda, du Rwanda, le gouvernement  s’attèle plutôt à harceler la classe politique de l’opposition.

Serge Bibang

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE