Hôpital de Nkembo/ pénurie des médicaments anti Tuberculeux : les malades de...

Hôpital de Nkembo/ pénurie des médicaments anti Tuberculeux : les malades de la tuberculose en danger

198
0
PARTAGER
L'entrée principale de l'hôpital de Nkembo/DR

A l’hôpital spécialisé de Nkembo, les malades souffrant de la tuberculose ne peuvent plus se procurer les antituberculeux, suite à une pénurie qui perdure depuis quelques semaines. Toute chose qui peut conduire à des conséquences certaines.

 Après l’épisode malheureux de pénurie d’antirétroviraux dans les Centres de Traitement Ambulatoires (CTA) de Libreville et de l’intérieur du pays, le tour aux antituberculeux (médicaments qui soignent la tuberculose) de faire défaut. En effet, depuis quelques semaines, le service qui s’occupe des malades atteints de tuberculose à l’hôpital de Nkembo, fait fasse à une pénurie de médicaments. Ce qui n’est pas sans conséquence.

D’après les informations recueillies sur place, cette pénurie entrainerait une multi-résistance du Bacille de Coch (virus responsable de la tuberculose), qui ne s’affaibli pas au traitement conventionnel. Conséquence : les malades qui développent cette  multi-résistance sont mis en quarantaines, devenant des sujets très contagieux.

 

Aussi les malades, pour se procurer ces médicaments, a-t-on appris, sont orientés vers la pharmacie du centre commercial Mbolo, alors qu’ils leur coût est particulièrement élevé. On parle de 60 mille FCFA à débourser pour le traitement d’un mois. C’est d’autant plus très inquiétant, quand on sait que la plupart des malades internés dans cette structures sont plus que démunis. D’aucuns estiment, peut-être à juste titre, que ces patients sont désormais condamnés une mort certaine, tant que la pénurie persistera.

Etant donné que c’est l’Etat qui approvisionne les malades en médicaments, la question que l’on se pose est de savoir qui se passe pour qu’il y ait cette pénurie ? Et pour rassurer les patients, peut-on dire quand ces médicaments pourront-ils être disponibles de nouveau à Nkembo ?

Pendant ce temps, si rien n’est fait dans le sens de l’approvisionnement, l’on craint une épidémie de tuberculose dans les prochaines semaines, car un microbe virulent se balade dans les airs.

E.M

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE