Accueil International Gabon : diplomatie en panne

Gabon : diplomatie en panne

PARTAGER
Le nouveau ministre gabonais des affaires étrangères devra tout faire pour améliorer l'image de la diplomatie gabonaise/©DR

Le Gabon, petit pays d’Afrique centrale, considéré comme un eldorado à une certaine époque, est-il désormais à la ramasse ? En tout cas, pour plusieurs compatriotes appelés à servir le pays en diplomatie, cela ne fait plus aucun doute. Oui, le Gabon est à terre.

 C’est au total 11,8 milliards qui devra sortir des caisses du Trésor public gabonais pour mettre fin aux difficultés dont font face nos compatriotes qui sont actuellement en mission en diplomatie. A en croire certains médias internationaux qui se sont saisis du dossier, depuis plusieurs mois, les diplomates gabonais, ce depuis les ministres, Issoze Ngondet, Noel Nelson Mesonne, Pacôme Moubelet Moubeya et Régis Immongault Tatagani, ne savent plus où mettre de la tête.

Ces derniers, en plus des arriérés de salaires, enregistrent également des impayés de loyers et d’assurance maladie. Ce n’est pas tout. Cette galère touche également les progénitures de nos diplomates qui, faute d’impayés de leur scolarité, ont été expulsées de leurs établissements respectifs. Que dire de leurs commodités de travail ? Là aussi, il y a beaucoup à redire. Plusieurs représentations n’auraient plus de véhicules de service et les Ambassadeurs sont privés de leurs véhicules de commandement. C’est dire si la galère que connaissent les diplomates gabonais n’a pas atteint le pic.

Une situation qui remet au goût du jour la situation financière du pays et le peu d’intérêt qu’accordent les autorités du pays aux missions diplomatiques gabonaises. Sinon, comment comprendre que ceux qui sont censés représenter l’image et la voix du Gabon, à l’étranger, sont abandonnés à eux même. Et ce n’est Abdu Razzaq Kambogo qui dira le contraire. Ce dernier qui rentre de la diplomatie vient d’être nommé ministre des Affaires Etrangères dans le gouvernement Julien Nkoghe Bekale.

Connaissant parfaitement la situation de ses anciens collègues, aujourd’hui collaborateurs, ce dernier pourra-t-il mettre fin aux souffrances de ces diplomates ? Surtout qu’ici, il s’agit d’emmener le ministre en charge du Budget à débloquer les 11,8milliards pour mettre fin à ce calvaire et relancer la diplomatie gabonaise. Est-il besoin de rappeler que pareille situation ne redore pas l’image du Gabon à l’étranger.

 

PARTAGER