Accueil International France: les propos d’Emmanuel Macron mettent le Cameroun en ébullition

France: les propos d’Emmanuel Macron mettent le Cameroun en ébullition

PARTAGER
Emmanuel Macron et Paul Biya/©DR

Le samedi 22 février dernier, au cours de la récente édition du salon de l’agriculture, interpellé par un individu se présentant comme un activiste camerounais répondant au pseudonyme de Calibro Calibri sur la question des droits de l’Homme au Cameroun, le président français, Emmanuel Macron, a dénoncé de graves violations après la mort, il y a deux semaines, de plusieurs personnes, dont la majorité étaient des enfants, au cours d’une opération militaire.

Cette conversation entre le Chef de l’Etat français et l’activiste camerounais est devenue virale sur la toile et a mis littéralement le Cameroun en ébullition ; les avis sont partagés entre colère et indignation, d’une part ; et, d’autre part, entre approbation et félicité. Du côté des autorités camerounaises, on condamne sans réserve l’acte « d’un homme qui a cru devoir interpeller le chef d’Etat d’un pays avec lequel le Cameroun entretient des relations d’amitié ». Quant à René Sadi, le porte – parole du gouvernement, il a qualifié de contre – vérités les allégations de l’activiste en question. Durant tout le week end, la toile était inondée de réactions laissant paraître la vive émotion qu’ont suscité ces quelques minutes d’entretien, allant jusqu’à demander à Paris des excuses publiques, d’autant plus qu’il a été relevé un ton jugé discourtois de la part du président français.

S’agissait – il d’une mise en scène ? 

Cette question est d’autant plus importante qu’en regardant, attentivement, ladite vidéo, l’on peut constater que le président français, à peine interpellé par le citoyen camerounais, se dirige presqu’immédiatement vers lui, et entame cette fameuse discussion. Il y a, quand même du mal à comprendre un tel geste. Et les internautes de constater qu’Emmanuel Macron, à de nombreuses reprises, a indiqué avoir fait pression sur son homologue camerounais, Paul Biya, en vue d’obtenir la libération de certaines personnalités politiques du pays, dont Maurice Kamto. Doit – on comprendre par là que l’Etat français a suffisamment d’influence pour décider à la place de la justice du Cameroun, qui est censé être un état souverain ? Le président français, qui semble ne pas accorder beaucoup d’intérêt au mouvement des gilets jaunes, dans son pays, daigne, à présent, prêter une oreille attentive à un individu, qu’à un autre moment, il aurait pu traiter de « brigand » ? D’autant plus que le fameux Calibro Calibri est soupçonné par Yaoundé d’avoir pris une part active dans les actes de vandalisme dont a été victime l’ambassade du Cameroun en France il y a quelques temps. « C’est une communication paternaliste et infantilisante », analyse le politologue Mathias Eric Owona Nguini, qui estime que cette discussion filmée n’avait, pour seul objectif, que de permettre à Paris de faire passer un message. Lequel ? La question reste entière. En attendant, le président Macron s’est engagé à contacter, dans les plus brefs délais, le président Biya. « Là, la situation est en train de se dégrader. Je vais appeler, la semaine prochaine, le président Biya et on mettra le maximum de pression pour que cette situation cesse. Je suis totalement au courant et totalement impliqué sur les violences qui se passent au Cameroun et qui sont intolérables. Je fais le maximum ». Que ressortira – t – il de cet entretien téléphonique ? wait and see !!!!!!!!!!

                                                                                 Yohan Freddy NGUEMA ZUE       

PARTAGER