A la recherche de félicitations, à la torche, au Palais de marbre...

A la recherche de félicitations, à la torche, au Palais de marbre ° En lorgnant du côté de l’ONU

131
0
PARTAGER

Ban Ki Moon, le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies n’a jamais félicité Ali Bongo Ondimba, tel que veut le faire croire l’aristocratie émergente.

Dans le message adressé récemment au Chef de l’Etat mal élu, ou pas du tout  élu, du Gabon, il n’y a pas une seule fois le terme ‘’félicitation’’. D’entrée de jeu, voici ce qu’il écrit : « J’ai l’honneur de me référer à la proclamation par la Cour Constitutionnelle le 23 septembre 2016, des résultats définitifs de l’élection présidentielle du 27 août 2016 dernier qui confirment votre réélection à la Présidence de la République gabonaise. »

Entre d’autres, Ban Ki Moon qui sait que la Cour Constitutionnelle n’est pas un électeur, prend tout simple acte des résultats que cette dernière a proclamés, au nom du respect de cette institution de la République gabonaise, laquelle est souveraine.

Il ne dit pas si ces résultats sont réels ou faux, il s’en réfère tout simplement.

Par contre, ce dont se félicite l’actuel Secrétaire général de l’ONU, c’est « l’appel à un dialogue national inclusif qui sera essentiel pour promouvoir la réconciliation nationale et contribuer grandement, à assurer l’unité et la stabilité de la République gabonaise, », écrit-il encore.

Autrement dit, même si dans son message, Ban Ki Moon, met en exergue le rôle joué par Ali Bongo dans la sous-région d’Afrique centrale et partout ailleurs en Afrique, là où sévit le Jihadisme, ce denier étant lui-même un adepte d’Allah, il n’en demeure pas moins qu’il sait que le Gabon est en crise. Laquelle découle du fait celui qui vient de s’imposer par la force, à la tête de l’Etat, n’est pas celui que les électeurs ont majoritairement choisi, tout ceci s’étant soldé par de nombreux morts et autres dégâts matériels importants. D’où son insistance à la tenue d’un dialogue national inclusif. Il insiste surtout sur le fait que ‘’l’engagement personnel d’Ali Bongo Ondimba sur cette question sera ‘’déterminant’’ et pense que ‘’dans cette optique, l’adoption des mesures immédiates d’apaisement serait un signal positif aux Gabonais de tous horizons politiques et sociaux.

Ici donc, à l’instar de nombreux Gabonais, Ben Ki Moon a été mis sur le fait accompli d’un énième coup d’Etat électoral au Gabon, et il n’y peut plus rien, le pays étant un Etat Souverain. Cependant, la seule chose qui lui reste à faire, en tant que Secrétaire général d’une organisation mondiale l’une des grandes missions est d’œuvrer pour la paix, en intervenant partout où s’allume une étincelle, est de soutenir le dialogue entre forces vives du pays. Il sait que si rien n’est fait au moment de cette crise post électorale qui secoue le Gabon, ce dernier pourrait de nouveau s’embraser, tôt ou tard.

Que dire des félicitations d’un certain Pierre Nkurunziza du Burundi et du Dr Mulatu Teshome d’Ethiopie ? Quoi de plus normal, ne dit-on pas souvent que qui s’assemblent se ressemblent, le Burundi et l’Ethiopie étant, comme le Gabon, des pays aux régimes politiques despotiques, l’un massacrant tous ceux qui osent le contester après un passage de force au pouvoir et l’autre massacrant, à son tour, une communauté ethnique, les Oromo, qui s’opposent ,pour des raisons diverses, au régime d’Addis-Abeba.

K.B

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE