Suite à l’Arrêt des activités à Averda: Les populations brûlent les...

Suite à l’Arrêt des activités à Averda: Les populations brûlent les ordures

160
0
PARTAGER
DR.

Depuis quelques jours, la capitale gabonaise croule sous les immondices, du fait de l’arrêt des activités de la société Averda, en charge du ramassage des ordures ménagères dans la ville.  Et  pour remédier à ce problème,  les populations ont décidé de brûler les ordures qui jonchent les rues de la capitale.  Une méthode dangereuse pour la santé.

Brûler des déchets est dangereux.  Les bois peints, les papiers glacés, les plastiques et autres métaux lourds tels que, le mercure, le plomb et l’arsenic,  lorsqu’ils sont brûlés, dégagent des substances toxiques  et cancérigènes qui sont disséminés dans l’air.  Ces déchets peuvent également générer,  par les piles et  le pastique, des molécules nouvelles qui peuvent créer des substances très dangereuse pour la santé. Idem, pour les polluants dégagés dans  l’atmosphère  qui se dissipent  et participent à la destruction de la couche d’ozone.

Des conséquences environnementales, qui méritent que l’on s’atèle pour apprécier et mesurer l’impact sanitaire.  Selon les experts, le risque de cancer du foie lors de l’incinération des déchets, augmente  de 16% pour les deux sexes, la présence de tumeurs rares non osseuses de 22%. Quant au risque de leucémies et de maladies cancéreuses du sang, il grimpe de 23% pour l’homme (cancers hématologiques) et de 18% chez la femme (lymphomes malins), pour ne citer que les écarts les plus importants.

 

Ainsi, les difficultés rencontrées actuellement par la société  Averda, pourraient provoquer des risques de maladies qui auront des effets néfastes à long terme, sur la santé des riverains. Au gouvernement de prendre ses responsabilités, surtout que nul n’est épargné des maladies que peuvent engendrer l’incinération des déchets ménagers.

 

ADN

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE