Sixième rapport sur l’avenir de l’environnement: pour une contribution à la santé...

Sixième rapport sur l’avenir de l’environnement: pour une contribution à la santé et au bien être humain

105
0
PARTAGER
Les officiels pendant les travaux/pyramidmediagabon.

 C’est au bureau régional de la francophonie qu’a eu lieu ce 14 juin, la présentation de l’édition française de l’évaluation régionale du sixième rapport sur l’avenir de l’environnement mondial-GEO-6. Le GEO ou global Environnement Outlook qui est à sa 6eme édition, dresse le tableau des facteurs environnementaux qui contribuent à la santé et au bien être humain au niveau régional.

 L’évaluation régionale du sixième rapport sur l’avenir de l’environnement mondial GEO-6 pour l’Afrique à été lancée au cours de la deuxième Assemblée des Nations-Unies pour l’Environnement, qui s’est  déroulé en mai 2016 à Nairobi(Kenya). Pour favoriser l’accès à un plus grand nombre à ce rapport, il s’est avéré impératif de le traduire dans le plus grand nombre de langues, dont la langue française, compte tenu que la moitié des pays africains  parle le français.

Ainsi, selon Dr Juliette Biao Koudenoukpo, Directrice et Représentante Régionale d’ONU Environnement pour l’Afrique : «Le rapport régional GEO-6 pour l’Afrique consacre l’environnement comme capital naturel de l’Afrique, et donc une condition et un atout essentiel pour assurer son développement économique continu. Le rapport présente la dynamique et l’état des sols, de l’eau, de la biodiversité et de l’air dans la région et explore les formules optimales de gestion de ces ressources pour permettre au continent de suivre rapidement la réalisation des objectifs de développement durable ».

 Ce nouveau rapport a été conçu dans la perspective de,  non seulement, contribuer à une meilleure connaissance de l’état et des tendances de l’environnement mondial, et aussi, de renforcer les capacités des pays en matière de gestion de l’information environnementale pour mieux éclairer les décisions sur les politiques de développement durable.

 Cette traduction, il faut le rappeler, a été possible grâce à L’Organisation Internationale de la Francophonie(OIF) à travers l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable basé à Québec (Canada).

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE