Durabilité de la chasse villageoise et de l’approvisionnement en viandes sauvages en...

Durabilité de la chasse villageoise et de l’approvisionnement en viandes sauvages en Afrique centrale : Pour une législation appropriée

111
0
PARTAGER
Les officiels lors des travaux/pyramidmediagabon.

C’est à l’auditorium du Ministère des Eaux et Forets que la cérémonie d’ouverture  de cet atelier sous régionale a eu lieu. Atelier qui s’inscrit dans  le cadre de la clôture du projet « gestion durable de la faune sauvage et du secteur de la viande de brousse en Afrique centrale, lancé le 17 Décembre 2012 à Libreville. Ledit projet  a été mis en œuvre durant 5ans  par la FAO en collaboration avec la COMIFAC et les 4pays du bassin du Congo (Gabon, Congo, RDC et RCA).

 Faire évoluer la réflexion sur la gestion durable de la faune  sauvage et de la filière viande de brousse en Afrique centrale, notamment sur les approches pertinentes et les conditions nécessaires à leur réplication en fonction des contextes locaux et nationaux ; permettre aux différents acteurs de se familiariser avec ces nouvelles approches, de se repartir les rôles et responsabilités en vue de gérer durablement ce secteur. Ce sont les différents objectifs de cet atelier qui a débuté ce 21 juin   pour s’achever ce jeudi.

 Selon Estelle Ondo, ministre de l’Economie Forestière de la Pêche et de l’environnement « aujourd’hui, la petite chasse pour les besoins de subsistance est devenue une activité commerciale importante qui joue un rôle considérable dans l’économie locale. Mais la filière viande de brousse reste quasiment dans le secteur informel, du fait de l’absence d’une organisation et d’une législation appropriée à son exercice. »

 La dimension commerciale sur les législations de la chasse n’a pas été intégrée dans la sous-région, raison pour laquelle, le ministère de tutelle, a intégré dans les dispositions du nouveau projet du code des eaux et forêts, les aspects de gestion durable de la faune sauvage et du secteur de la viande de brousse afin de répondre efficacement à cette nouvelle problématique qui impacte négativement le quotidien des populations locales.

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE