Accueil Economie Transport aérien : Quid de la nouvelle compagnie aérienne ?

Transport aérien : Quid de la nouvelle compagnie aérienne ?

PARTAGER
Un des appareils de la défunte Air Gabon/©DR

Le 27 Décembre dernier, lors de sa déclaration de politique générale face aux honorables députés de l’assemblée nationale, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Julien Nkoghe Bekale, a émis le souhait que le pays lance, avant la fin de cette année 2020, une nouvelle compagnie aérienne.

D’après le Premier Ministre, la création de cette nouvelle multinationale gabonaise, un peu plus de quinze ans après la disparition d’Air Gabon, survenue en 2006, pour cause de faillite, et l’échec cuisant de la compagnie Gabon Airlines, est motivée, notamment, par le fait que le Gabon, notre pays, ne figure plus sur la liste noire de l’Union Européenne. En effet, dans sa récente mise à jour, l’UE a réhabilité la plupart des transporteurs aériens basés au Gabon, à l’instar de National Régionale Transport (RNT), Solenta Aviation Gabon, Tropical Air Gabon et Afrijet. Ajouté à cela, l’aéroport international Léon Mba de Libreville a été certifié par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI). Malgré plusieurs tentatives infructueuses, le gouvernement ne perd aucunement l’espoir de créer cette compagnie aérienne, avec la multiplication de contacts avec d’éventuels partenaires, notamment le groupe saoudien Nexus Aéro International, basée à Jeddah, dont le directeur général avait rencontré, le vendredi 13 juillet 2018, le ministre des transports et de la logistique de l’époque, Justin Ndoundangoye. L’on se souvient que la compagnie nationale Air Gabon, dont le capital social était évaluée à six milliards de francs CFA, avait du mettre la clé sous le paillasson en raison d’accumulation de dettes, s’élevant à cinquante milliards de FCFA, qui ne lui permettait plus de payer ses 1.100 employés, dont la masse salariale était de 600 millions de Francs CFA pour le personnel local.

Des interrogations demeurent    

Il y a un détail que d’aucuns n’ont pas hésité à mentionner : le Chef du Gouvernement n’a donné aucun détail sur le budget qui sera alloué à la réalisation du budget, laissant ainsi la place à toute sorte d’hypothèse. D’où viendront les fonds alloués au projet ? Fera – t – on de nouveau appel à l’emprunt ? Si oui, est – ce bien raisonnable, quand on pense au montant actuel de la dette du pays, évaluée à plus de 5.000 milliards de francs CFA ? Une telle entreprise nécessite d’importants investissements, mais la situation financière du pays, qui est sous assistance du Fonds Monétaire International (FMI), pourrait difficilement lui permettre une telle dépense. Un partenariat avec des groupes internationaux ? Ce serait évidemment la meilleure solution à adopter, mais quelles seraient les clauses du contrat ? Que pourrait proposer le Gouvernement afin de rendre attractive la possibilité de s’associer avec le Gabon en vue de la création d’une compagnie aérienne ? Cette question est d’autant plus intéressante que l’on se rappelle qu’il y a un peu plus de douze ans aujourd’hui, un projet de partenariat avait été signé entre la Royal Air Maroc (RAM) et l’Etat gabonais, en vue de la création de la compagnie Air Gabon International. Toutefois, le projet n’a pu se concrétiser, en raison de divergences économiques entre les deux parties. En définitive, nul ne voudrait croire qu’il ne s’agit que d’un effet d’annonce, mais il serait intéressant que les pouvoirs publics, via le ministère des Transports, en association avec celui des Finances, explique à l’opinion nationale comment ils comptent financer ce projet. Il en va de la crédibilité du Gouvernement et de la faisabilité du projet !!!!!!!!!!

Yohan Freddy NGUEMA ZUE     

PARTAGER