Accueil Economie Trans-urb : déjà des licenciés

Trans-urb : déjà des licenciés

PARTAGER
Trans-urb : déjà des licenciés/©DR/©DR

À moins de deux mois de fonctionnement, la société de transport public Trans’Urb s’est déjà débarrassé de certains de ses agents, qui selon l’entreprise, ont semé le trouble au sein de l’opinion. Pourtant, dans une vidéo attribuée à ces agents et  qui a fait le tour de la toile, ces derniers déploraient le fait de n’avoir pas perçu un kopeck depuis qu’ils ont été embauchés. Est-ce déjà mal partie pour Trans-urb ? 

Il faut le dire, la présence de la pandémie du Coronavirus dans le pays a forcé les autorités du pays a démarré les activités de l’entreprise Trans-urb, avec le confinement du Grand Libreville et l’annonce de la gratuité de transports par le président de la République.

Mais à moins de deux mois des activités, la société de transport public Trans-urb, venue à la rescousse de la Sogatra a déjà licencié certains chauffeurs. Il s’agit des employés supposés auteurs d’une vidéo qui a fait le tour de la toile et qui réclamaient déjà leurs émoluments de fin du mois. Une situation qui n’a pas été au goût de l’entreprise, qui a procédé au licenciement de ces indélicats. Pour la direction de l’entreprise, joint par certains confrères, « Ils ont été renvoyés pour des questions de non-respect des règles de travail, notamment celles relatives à la conduite urbaine des véhicules mis à leur disposition ».

La direction rejette plutôt toute accusation de non-paiement de salaire, elle confirme plutôt que la méthode de paiement actuelle, c’est-à-dire par semaine, a été décidée par le personnel lui-même.

Si la direction de Trans-urb voit en cet acte comme une manière de briser l’image de l’entreprise et la stratégie de transport gratuit initiée par les autorités, une certaine opinion, pense plutôt qu’il n’y a pas de fumer sans feu. Quoiqu’il en soit, l’avenir édifiera à ce sujet.

PARTAGER