Accueil Economie Tournée de presse : toucher du doigt les investissements du groupe Olam...

Tournée de presse : toucher du doigt les investissements du groupe Olam au Gabon

PARTAGER
Les ouvriers en activité/(c)pyramidmediagabon.

Le groupe Olam organise une tournée de presse de 20 jours, dans plus de six provinces du Gabon, aux fins d’évaluer la portée et l’impact des différents investissements qu’il a initiés au cours de ces dernières années.

La traditionnelle tournée de presse annuelle organisée par le groupe Olam dirigé par Dieudonné Minlama Mitoghe a débuté à l’Estuaire, par la visite de la Zone économique spéciale de Nkok ce 15 janvier, et permis de mettre en exergue le partenariat privé public entre Olam Internationale et l’Etat gabonais par la mise en place de ce site d’investissements.

Durant cette visite, il a été donné de constater que le bois travaillé dans ce site, ne servait plus à l’importation, mais était totalement transformé sur place. Entre contre-plaqués, table-bancs destinés aux salles de classes, meubles de maison… tout y passe. Grâce à ces usines, le Gabon n’exporte plus les grumes.

Il faut dire que cette énième mission diffère des précédentes, en ce sens qu’au-delà de la présentation des différents investissements réalisés et en cours de réalisation par le groupe Olam au cours des dernières années, c’est plutôt une évaluation de l’impact de chaque action sur la population gabonaise qui sera effectuée durant les 20 prochains jours que durera la mission.

Aujourd’hui, grâce à l’implantation de divers opérateurs dans la zone économique spéciale de Nkok (ZERP), venus de divers horizons, notamment de la chine et l’inde, la création d’emplois est plus qu’effective. Selon le chargé de prospection de GSEZ, Olivier Oscar Ngoma, « la main d’œuvre utilisée dans les différentes entreprises de transformation de bois, de métallurgie, de production d’eau potable… implantées à la ZERP est en majorité gabonaise. Et provient spécifiquement de la population environnante de la zone, à savoir Essassa, Bikélé…vous comprenez que plus la zone de Nkok compte en son sein des investisseurs, plus il est possible de créer de l’emploi, d’embaucher et ainsi de contribuer à réduire le taux de chômage dans notre pays.»

C’est le cas de la société AFEEFA, installée depuis tout juste deux mois sur ce site et qui fait dans le déroulage de contre-plaqué. Elle emploi à ce jour, une centaine de personnes toutes de la main d’œuvre locale. L’entreprise compte, dans un avenir proche, augmenter son effectif.

« Le développement de la Zone économique aujourd’hui, n’est plus un rêve, » renchérit notre interlocuteur. Dans le cadre de la filière bois, il est prévu d’organiser un salon de bois, qui permettra de promouvoir certains produits dérivés du bois dans la zone économique spéciale.

Daisy Ntongono

PARTAGER