Accueil Economie Sogatra : ça va de plus en plus mal !

Sogatra : ça va de plus en plus mal !

PARTAGER
©DR

D’après les chiffres de la Direction générale de l’Economie et de la Politique Fiscale, les indicateurs d’activité de la Société gabonaise de transport (Sogatra) se sont soldés par des résultats négatifs au premier semestre de l’année en cours, traduisant, ainsi, l’urgence de l’adoption d’un plan de redressement de cette entreprise sous perfusion et menacée de banqueroute.

Tous les voyants sont au rouge, que ce soit le volume des passagers transportés, qui recule de 23,7% à 1.097.621 navetteurs contre 1.509.529 une année auparavant ; ou le chiffre d’affaires, qui a chuté de 46,8% à 215,1 millions de Francs cfa, plombé par l’effondrement du fret et du recul de l’exploitation des taxis. Seule branche se portant bien : celle du parc automobile, qui a connu une progression de 3%, grâce à la réception de trois bus, obtenus dans le cadre du partenariat avec la Région française de Marseille, ainsi qu’un important don de pièces détachées , d’une valeur de 100 millions de Francs cfa, reçus de la part du groupe brésilien de transport, Marco Polo. Cette situation est due aux nombreux dysfonctionnements observés au sein de l’entreprise (panne, absence de pièces détachées) et l’arrêt de travail entre octobre 2018 et mi- février 2019.

Arriérés de salaires et impayés à la CNSS

En effet, l’on se rappelle qu’à cette période, les agents de la compagnie étaient entrés en grève, deux mois durant, pour réclamer le paiement d’arriérés de salaires. Cette grève avait porté un sérieux coup à la société. Les principaux responsables de ladite structure, après avoir voulu entrer dans un bras de fer, ont finalement prôné la voie de l’apaisement. Après la décision de la direction générale de la Sogatra de payer trois mois d’arriérés de salaires, sur huit en temps normal, les agents de la société, regroupés au sein du SYNDATEC, avaient décidé d’entrer en phase de service minimum. Il s’agissait clairement de trouver des voies et moyens pour non seulement sortir les agents de la situation de paupérisation dans laquelle bon nombre d’entre eux se trouvaient – et se trouvent encore aujourd’hui – mais aussi pour essayer de rétablir le lien unissant la direction et les salariés. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que la compagnie est également épinglée comme étant l’un des plus gros débiteurs auprès de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). En effet, d’après le rapport d’audit du cabinet Natray, avec ses 14,1 milliards d’impayés, la SOGATRA se classe au 5ième rang des mauvais payeurs de la CNSS, après la mairie de Libreville (21, 5 milliards de francs cfa), Gabon Interim Industrie, le Parti Démocratique Gabonais (PDG) et la Société Gabonaise de Service (SGS) ; ce qui signifie qu’en plus d’être au bord du gouffre, la Sogatra accumule les impayés pour les prestations sociales. Et c’est une situation d’autant plus dangereuse que, constituant l’ensemble des versements que les individus et leurs employeurs affectent aux administrations de sécurité sociale notamment, ces cotisations sociales permettent aux cotisants de bénéficier de prestations au titre de la vieillesse, la famille, la maladie, le chômage, les accidents de travail et les maladies professionnelles. Or, dans le cas de la Sogatra, c’est vers une situation dramatique que l’on s’achemine pour ces futurs retraités !!!!!!!

Yohan Freddy NGUEMA ZUE              

PARTAGER