Sept ans après les conseils des ministres délocalisés: Le cadre social se...

Sept ans après les conseils des ministres délocalisés: Le cadre social se fait toujours attendre

109
1
PARTAGER

En 2010, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba avait lancé le concept des conseils des ministres délocalisés. Le tout premier avait eu lieu en mars 2010 à Port-Gentil, capitale économique du pays. Sept ans après, les populations attendent toujours  la réalisation des projets qui consistaient à améliorer   leurs conditions de vie.

Le Chef de l’Etat sortant, un an après son accession à la magistrature suprême, avait pris une décision d’organiser les conseils des ministres délocalisés dans les neuf provinces en vue d’adopter des projets structurants liés à l’amélioration des conditions de vie et de travail des Gabonais. Cette descente dans chaque  chef-lieu de  province  lui avait permis de sillonner tout le pays et faire des promesses de développement après avoir constaté l’étendue de la pauvreté en zone rurale.  Quid sur le bilan social calamiteux du pouvoir émergent ?

 Sur cette analyse, nous jetons un regard sur certaines localités du pays et sur quelques  projets adoptés lors de ces périples présidentiels  qui sont  jusque-là non réalisables. D’abord, la province de l’Ogooué-Lolo. Dans cette région, le conseil avait admis  dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations, de mettre sur pied, les programmes de lotissements de deux sites,  l’un à Pola d’une superficie de 23 hectares, avec 231 parcelles attendues et  l’autre à Minkouelengui pour une superficie de 20 hectares, avec 216 parcelles ; le programme de renforcement d’hydraulique villageoise. Pour ne citer que ces quelques projets.
Dans  l’Ogooué-Ivindo, l’une des provinces des plus oubliées des pouvoirs des Bongo, plusieurs actions avaient été retenues pour faire sortir cette région Nord-est du pays de sortir de son marasme social.  Parmi lesquelles,  la  décision de construire une annexe de l’Université Omar Bongo à Boué. Laquelle  annexe était destinée à la formation des premiers et seconds cycles quand l’UOB se spécialisera dans les formations doctorantes. Dans le même domaine, un lycée Technique et Professionnel était prévu voir le jour à Makokou. De plus, le Président avait également décidé la création de l’école des métiers du bois  et un institut de formation des communicateurs   à Booué   dans la perspective de la Cité verte et de l’éducation, etc.

En ce qui concerne la Province de l’Ogooué-Lolo, un certain nombre de projets  n’ont pas été réalisé. Notamment, la construction d’une route en béton bitumineux avec ouvrage d’art Koulamoutou-Pana sur un linéaire de 91 km, suivi des études de la route Pana-Dienga-Lemanassa- Bakoumba ; l’’aménagement, le rechargement et la régularisation du tracé de la route Koulamoutou-Popa-Mbigou et le lancement des études en vue de sa construction en béton bitumineux ; la construction d’une route en béton bitumineux Lastourville-la Gare sur un linéaire de 6km ; l’entretien des  voiries de Lastourville au même titre que les voiries traversées par les routes en aménagement ; l’’électrification des lignes Koulamoutou-Popa et Lastourville Okondja ; l’extension de l’éclairage public à Koulamoutou ; l’adduction en Eau potable du district de Popa ; la construction d’un château et d’une usine de traitement d’eau à Lastourville ; l’adduction en eau potable des districts de Matsatsa et Ndangui ; la construction d’une station de traitement d’eau, d’un château d’eau et d’un réseau de distribution à Pana ; l’aménagement du réseau d’eau et électricité à Dienga. La liste n’est pas exhaustive.

 S’agissant  de la Province du Moyen-Ogooué,   plusieurs mesures ont été prises, dont l’électrification des axes Kango-Bifoun-Lambaréné et Bifoun-Ebel-Abanga-Ndjolé ; la construction du barrage hydro-électrique des Chutes de l’Impératrice Eugénie qui devait permettre d’alimenter la province du Moyen-Ogooué ; la poursuite des travaux de la route nationale Ntoum-Bifoun, etc.  Cette zone croupit dans l’obscurité, le manque criard en eau potable et l’état désastreux dudit tronçon.

Bref, sur l’ensemble des projets d’ordre social pris lors desdits conseils des ministres délocalisés dans tout le pays tenus de 2010 jusqu’en  mi-janvier 2012, aucun (projet) n’a été réalisé. Il suffit de faire le tour dans chaque département de province, le constat « amère » est le même. Les populations qui aspiraient à une vie meilleure sous le joug d’un pouvoir qui prônait l’émergence du Gabon, déplorent à ce jour cette expression qui a été vaine en sept ans du mandat d’Ali Bongo au sommet de l’Etat gabonais.

Tar’Engongha  

Facebook Comments

1 COMMENTAIRE

  1. The nfl experts nation(NFLPA) Has optimal purposes for the gamers, This little group, But also possible prospective. Nonetheless it doesn’t invariably develop they begin to take hardship better. Making the switch the policies very well reduction concussions(As it has done) And poor metabolism traumas may be growing weekly.