Accueil Economie Secteur des assurances: Quel est l’apport du secteur dans l’économie nationale?

Secteur des assurances: Quel est l’apport du secteur dans l’économie nationale?

PARTAGER
(c)internet.

Secteur pourtant important pour la prévention des risques, le secteur des assurances connait encore une pénétration faible au Gabon. Du coup, son apport au niveau de l’économie du pays, suscite des interrogations.

La journée économique organisée à Libreville, ce mercredi à l’immeuble Arambo, en présence des patrons du secteur des assurances et certains membres du gouvernement, a permis de constater que ce secteur était encore mal connu du grand public. Avec pour thème,  » Restaurer la confiance », la journée économique a permis de mettre en lumière, la faible pénétration du secteur estimé, à moins de 2% de la population. Un pourcentage très faible, qui résume le désintéressement et la méconnaissance du secteur par la population. Au cours de cette journée, les différents experts qui ont exposé sur le thème, sont tous tombés d’accord, sur le manque de vulgarisation et médiatisation des produits aux populations. Pour sylvie, participante à cette journée, le secteur des assurances est réservé aux personnes qui ont beaucoup de moyens de financiers.  » Moi je ne peux pas m’assurer , ils sont trop chers, avec mon petit salaire, je ne peux pas prendre une assurance « , dit-elle.

Des propos qui confirment et démontrent que le monde des assurances souffre d’un problème de communication. Dans la mesure où, il existe des souscriptions de 10 mille francs, et 20 mille fcfa pour les personnes désireuses de préparer leur retraite, ou préparer sereinement, les études universitaires de leurs enfants. Des offres d’assurances, qui ne sont pas connues du grand public. Ce secteur ressemble plutôt à un milieu où, c’est le lobbying qui est mise en avant.

Ainsi, après cette journée économique réservée au secteur des assurances, il en ressort clairement que le secteur est méconnu des populations. Et qu’une vulgarisation, voire une communication intensive s’imposent, pour permettre aux populations qui ignorent encore l’importance des assurances, de construire leur vie et celles de leurs progénitures.

PARTAGER