Accueil Economie Rupture du contrat avec Veolia : La satisfaction et les inquiétudes du...

Rupture du contrat avec Veolia : La satisfaction et les inquiétudes du SYNTEE+

PARTAGER
DR.

La rupture du contrat par l’Etat Gabonais avec le groupe français Veolia fait non seulement des heureux, mais provoque aussi des inquiétudes au sein du personnel de la société d’Energie et d’eau du Gabon. C’est le cas du Syntee+, le syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et l’électricité.

Il faut dire que la rupture du contrat par l’Etat gabonais avec le groupe français Veolia, intervenue vendredi dernier, interpelle en premier lieu les agents de la société d’Energie et d’Eau du Gabon SEEG, mais aussi une grande partie des travailleurs des secteurs d’eau et électricité.

C’est le cas du SYNTEE+, qui s’est exprimé sur la question à travers un communiqué parvenu à notre rédaction. Pour le syndicat affilié directement à la SEEG, cette rupture provoque des incertitudes et la peur à plus de 2000 agents de la SEEG. « Nous considérons que cette décision salutaire, prise pour l’intérêt général de tous les citoyens et pour le renouveau de notre secteur, ne doit pas nous faire oublier l’enjeu en cette période de crise, qui est celui du maintien des emplois et acquis de milliers de gabonais, qui depuis 20 ans travaillent d’arrache-pied pour l’économie de notre pays », peut-on lire, entre autres, dans le communiqué.

Par ailleurs, bien que reconnaissant les efforts consentis par le groupe Veolia sur le traitement du personnel de la SEEG, notamment en ce qui concerne les salaires qui étaient convenablement payés et ce, tous les mois, le SYNTEE n’oublie pas le calvaire vécu durant ces longue 20 années. « si nous reconnaissons la volonté de garantir les salaires des agents mensuellement nous déplorons surtout ; la gestion discriminatoire qui l’a caractérisé créant presqu’un système d’apartheid ; le déni en ce qui concerne la dégradation de la qualité de service ; l’empressement et la détermination de Veolia, malgré les alertes des partenaires sociaux, à mettre en place un système de gestion clientèle instable et à l’origine de la dégradation de la qualité de service », déplore Sandrine Ogoula, la signataire dudit communiqué.

S’agissant des emplois et autres acquis des agents de La SEEG, le Syntee+, se dit bien conscient de la volonté de l’Etat à garantir l’emploi pendant la période transitaire, « notre syndicat rappelle à nouveau la tutelle sur l’intérêt d’impliquer les partenaires sociaux, pour les débats à venir sur les orientations à donner à notre secteur et sur les contours de la reprise du contrat. Notre seul objectif étant le maintien des emplois et acquis des avantages des agents de la SEEG, sinon au mieux leur amélioration ; précise Sandrine Ogoula, par ailleurs, présidente en exercice du SYNTEE+.

PARTAGER