Projet de loi de finances rectificative 2017 : L’Union Nationale tire...

Projet de loi de finances rectificative 2017 : L’Union Nationale tire la sonnette d’alarme.

384
0
PARTAGER
Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, commissaire en charge du Budget à l'UN/DR.

C’est à la faveur d’une déclaration faite au siège de l’Union Nationale, ce 1er juin, devant les médias, que cette formation politique  par la voix de son commissaire national en charge du budget, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, a demandé aux parlementaires gabonais sur la nécessité de ne pas voter le projet de loi rectificatif de la loi de finance 2017 en passe d’être soumis au vote.

 « A l’ensemble des parlementaires, vous ne pouvez en aucun cas accepter, comme vous y invite le gouvernement, de conduire le pays à la ruine. Si vous votez ce budget, vous en porterez la responsabilité devant  le peuple souverain. Et l’histoire de notre pays vous jugera. » Ces propos inquiétants ont été prononcés par Jean Gaspard Ntoutoume  Ayi, commissaire national en charge du budget à l’Union Nationale(UN), lors d’une déclaration sur  le projet de loi de finances rectificative qui est en passe d’être voté par les parlementaires gabonais.

Le conférencier a rappelé que, le 23 décembre 2016,la directrice générale du FMI et le ministre africains francophones des Finances, s’étaient réunis autour des chefs d’Etats de la CEMAC, à Yaoundé(Cameroun), pour discuter de la situation économique et financière extrêmement préoccupante de ces pays. C’est ainsi que pour éviter la dévaluation de cette monnaie (FCFA),ces chefs d’Etat savaient admis la possibilité de procéder  à des ajustements budgétaires  et à des reformes structurelles.

C’est ainsi que le conseil des ministres du 19mai 2017a adopté le projet de loi de finances rectificative qui n’est autre que le volet budgétaire de l’ajustement structurel que souhaiteraient présenter les négociateurs gabonais au conseil d’administration du FMI. « Le projet de budget rectificatif adopté le 19mai,fait apparaitre une charge totale arrêtée à 2.860milliards de fcfa(…) pour le financement de cette charge de 2.860milliards, l’Etat ne dispose que de 1.714,6milliards en ressources propres. En d’autres termes, les ressources propres ne permettent pas de financer que 60% des charges de l’Etat. Il en résulte un besoin de financement total de 1.145,4milliards de fcfa,pour lequel le pouvoir n’aura d’autres solution que d’endetter encore plus les gabonais… »a expliqué cet expert des questions financières. Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, sans langue de bois, a indiqué que le Gabon est en «faillite». 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE