Accueil Economie Procès contre les criminels économiques : La cour criminelle est –elle libre...

Procès contre les criminels économiques : La cour criminelle est –elle libre ?

PARTAGER
La cour criminelle spéciale lors d'une précédente audience/DR.

La liberté et la capacité des juges de la cour criminelle à prendre une décision sur  les affaires liées aux crimes économiques suscitent des inquiétudes. Dans la mesure où, depuis que les  personnes soupçonnées de crime économique ont été  envoyées dans les geôles de la prison centrale, les procès et les jugements pour mettre fin à toutes spéculations tardent encore à s’organiser.

De Report en report,  avec   des justificatifs sans véritable fondement, les procès des personnes arrêtées dans le cadre de « l’opération  Mamba », et celles soupçonnées de crime économique, pourraient ne pas avoir lieu dans les mois à venir. Il sera donc difficile pour les populations, notamment les familles de ces présumés coupables de crise économique,  de connaitre la vérité  sur  les affaires qui  portent énormément atteintes à l’image du pays. La cour criminelle spéciale (CCS), chargée de juger ces personnes soupçonnées de crime économique, donne jusqu’alors l’impression de subir des  pressions  extérieures. Une influence de certaines personnalités à l’origine, sans doute, de nombreux renvois de procès enregistrés ces quelques mois. C’est en tous cas, le constat fait par certains gabonais, après le renvoi du procès de Camille  Mbadinga Mbadinga,  ex gestionnaire de la direction générale des assurances (DNA), ce dernier est soupçonné  d’avoir détourné des fonds publics dont il était dépositaire pendant qu’il était en fonction. Son procès qui  devait se tenir le 27 juin dernier a été reporté pour le 24 juillet 2018. Motif, « raisons techniques », selon la cour criminelle spéciale. Une raison qui ne convainc personne, mais laisse plutôt penser que la cour subirait des pressions extérieures.

Vraisemblablement, les familles dont les parents se retrouvent à « Sans famille » pour des délits de crime économique ou de détournement de deniers publics, ne verront pas leurs  parents d’aussitôt.

ADN

PARTAGER