Accueil Economie Port d’Owendo : La note du chef de bureau qui plombe les activités...

Port d’Owendo : La note du chef de bureau qui plombe les activités portuaires

PARTAGER
Le Port d'Owendo/©DR

Depuis l’arrivée du chef de bureau central de douanes du port d’Owendo, les opérateurs économiques n’en peuvent plus. Tout le monde se plaint de la gestion des opérations de dédouanement des colis. Même les responsables du groupe Bolloré ne cachent plus leur exaspération.

La dernière en date, cette note du 4 février qui fixe les conditions d’ouverture pour la libération des conteneurs aux heures légales, avant 15 heures.  Depuis cette date, elle a imposé que le port soit ouvert de 8 heures à 15 heures et fermé le samedi et dimanche, comme une simple administration.  Bien qu’étant sous le contrôle de la douane, le port est sous la gestion de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag), la seule autorité portuaire.

Avec une économie déjà moribonde, le principal port, par lequel transitent toutes les marchandises et autres produits consommés, se voit restreindre de ses activités. « Le port d’Owendo est dans un état d’engorgement, depuis cette note. Les marchandises dédouanées ne peuvent pas sortir après 15 heures ou le week-end, alors que sous d’autres cieux un port est ouvert tous les jours », explique, avec amertume, une employée d’une société de consignations. Même lamentations du côté des importateurs qui voient les frais de gardiennage augmentés pour des colis déjà mis hors douanes.

Résultat de ce petit désordre : augmentation des prix des produits dans les magasins, puisque toutes les sommes payées par les opérateurs économiques sont répercutées sur les prix à la vente. Le nouveau chef de bureau central de douanes du port d’Owendo, a décidé de corser la note, dans un pays où tout est importé.

Christian Moutete

PARTAGER